ifef

200 enseignantes des IFEF se forment aux « bonnes pratiques d’hygiène des aliments »

| Laissez un commentaire

L’Association ivoirienne pour la sécurité sanitaire et la qualité des aliments (AISSA) a renforcé les capacités de quelque 200 enseignantes des Instituts de formation et d’éducation féminine (IFEF) de Côte d’Ivoire aux bonnes pratiques d’hygiène des aliments, en vue de leur permettre d’acquérir les aptitudes de base et les compétences requises en matière de conservation des aliments depuis leur production jusqu’à leur consommation.
«Les bonnes pratiques d’hygiène des aliments, c’est d’abord l’hygiène personnelle, de l’alimentation, de l’environnement. Il faut connaitre les dangers qui peuvent contaminer l’aliment depuis la plantation jusqu’à l’assiette. C’est une chaine dont il faut respecter les pratiques jusqu’à donner une alimentation sure au consommateur final », a conseillé la secrétaire générale de l’AISSA, N’dri Adelaïde, vendredi, aux participantes venues des 116 IFEF du pays, pour prendre part à cette formation à l’IFEF de Port-Bouët (Abidjan).

Selon Mme N’dri, la plus part des intoxications alimentaires dans les restaurants en Côte d’Ivoire est due au manque d’hygiène. « Cela part du vêtement que portent les restaurateurs jusqu’à l’environnement ; il faut que ces personnes soient propres, leurs ustensiles aussi », a-t-elle expliqué, en présence de la présidente de l’AISSA, Hamza Bamba Fatoumata.

Cette dernière a, pour sa part, exhorté les participantes à « divulguer à grande échelle les bonnes pratiques à appliquer en matière de sécurité sanitaire des aliments, afin de réduire au maximum les risques sanitaires liés à la consommation des aliments ».

Selon l’Organisation mondiale de la santé, deux millions de personnes meurent par ans à travers le monde pour avoir consommé des aliments de mauvaise qualité.

Créée en 2015, l’AISSA est une organisation comprenant des qualiticiens, ingénieurs, communicateurs et autres cadres du secteur de la sécurité sanitaire des aliments, destinée à « sensibiliser et former les populations, notamment les producteurs, manufacturiers, distributeurs, consommateurs sur les dangers encourus tout au long de la chaine alimentaire, de la ferme à la table, et sur les bonnes pratiques à appliquer et à exiger » en la matière.

 

Source: news.abidjan.net

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• Ligue Ivoirienne des Secrétaires de Côte d’Ivoire: La nouvelle équipe investit

• Le HCR cherche des places d’accueil pour 1.300 réfugiés vulnérables en Libye (communiqué)

• Le FDFP décaisse plus de 140 millions de FCFA pour la formation des handicapés diplômés

• 2ème édition du Festival panafricain des différences d’Abidjan

• Yopougon, Colère des femmes contre le manque d’eau, la Sodeci s’active, l’eau ce jour

• Embellissement de la ville d’Abidjan : On peint des bâtiments en ruine

• Côte d’Ivoire/ Les meilleurs élèves en allemand, primés au lycée de Bongouanou

• Côte d’Ivoire: Deux «brouteurs» épinglés dans un cybercafé au Plateau Dokoui

• Civisme et Citoyenneté : Sidi Tiémoko Touré invite les employés de l’Agence Emploi Jeunes au Civisme

• Des vivres et non vivres offerts à l’orphelinat garçon de Bingerville




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *