cancer de la prostate

SOS cancer de la prostate

| Laissez un commentaire

Avec plus de 55.000 nouveaux cas par an en France, le cancer de la prostate arrive en tête des cancers masculins devant celui du poumon. C’est un cancer qui apparaît la plupart du temps entre 60 et 90 ans et dont les traitements sont d’autant plus efficaces que la maladie est diagnostiquée précocement, d’où l’importance d’un dépistage dès 50 ans… Comment détecte-t-on un cancer de la prostate ? Quels sont les traitements proposés

Ce que votre cancérologue ne vous dira par sur votre cancer

Si vous déclenchez un cancer, et que, par chance, la chimio ou la radiothérapie marchent, votre cancérologue ne vous parlera probablement pas de guérison, mais de rémission.

Et il aura, malheureusement, raison.

Les traitements médicaux contre le cancer peuvent suffire à court terme pour faire pencher la balance du côté de la bonne santé. Mais dans la mesure où le terrain reste déséquilibré, l’état de maladie reviendra forcément à moyen ou long terme, sous différentes formes.

Et pourtant, il existe des moyens d’assainir le terrain qui a favorisé l’apparition de la maladie.

Comment assainir le terrain

Lorsque le malade se laisse prendre totalement en charge et interprète toute complication ou échec comme une incompétence de son thérapeute, ou de la médecine en général, c’est qu’il est touché par le syndrome de l’auto-stop : « je m’assois dans le siège (du malade) et je me laisse conduire sans rien faire (par le médecin) ».

On s’aperçoit aujourd’hui que cette attitude est la pire que vous puissiez adopter face à la maladie, et en particulier face au cancer. Elle réduit de façon catastrophique vos chances de guérison.

Un nombre croissant de médecins reconnaissent aujourd’hui que l’effet de leurs traitements médicaux classiques, ne représente qu’un tiers de la guérison. Le deuxième tiers dépend de l’hygiène de vie du patient : alimentation, respiration, détoxication. Le dernier tiers dépend de l’état émotionnel du patient : stress, angoisses, choc émotionnel non digéré. (1)

Vous soucier de ce deuxième et de ce troisième tiers vous permettra d’assainir votre terrain, et de diminuer fortement votre risque de récidive.

Malheureusement, 85 à 90 % des malades du cancer ont le syndrome de l’auto-stop. Ils se laissent prendre en charge totalement par la médecine. Et le problème, c’est que la médecine officielle actuelle ne leur indique en général rien, ou très peu, sur ce qu’ils peuvent faire d’efficace sur les deux facteurs de guérison essentiels qui dépendent d’eux (le second et le troisième tiers).

C’est pourquoi le Docteur Michel Lallement, chirurgien des Centres de lutte contre le cancer depuis 1991, a décidé de briser le mur du silence.

Le Docteur Michel Lallement brise le mur du silence

Chirurgien des Centres de lutte contre le cancer, le Docteur Michel Lallement ne vous promet pas la vie éternelle, mais il vous donne les clés pour prévenir l’apparition de la maladie, et en diminuer la gravité si elle apparaît :

« Il est bien évident que la prise en charge nutritionnelle à elle seule ne peut prétendre éviter tous les cancers », prévient-il son lecteur.

« Mais une personne frappée par la maladie malgré une bonne hygiène de vie peut déjà être assurée d’en avoir retardé l’apparition, et d’avoir diminué sa gravité » (c’est moi qui souligne).

C’est ce qu’il explique dans un livre capital sur le cancer et les maladies dégénératives, qui vient de paraître aux éditions Mosaïque-Santé, collection «Vérités».

Le guide-pratique indispensable du patient pour prévenir le cancer et accompagner la guérison

Son livre se présente sous la forme d’un guide pratique de toutes les mesures indispensables qui vous aideront à prévenir ou retarder au maximum la maladie, mais également à guérir si vous êtes déjà touché :

  • En page 29, il explique comment faire régresser ou même disparaître un cancer potentiel, en modifiant son mode de vie. La durée d’évolution d’un cancer au stade non détectable est de huit ans en moyenne : c’est à ce moment-là qu’il est le plus efficace, et le plus facile, d’agir ; le Docteur Michel Lallement vous dit exactement ce que vous pouvez faire.
  • Il vous renseigne sur le nouveau « Centre Ressource » créé par le cancérologue aixois Dr Jean-Loup Mouysset, le premier centre de prise en charge globale du terrain cancéreux (et pas seulement de chirurgie/chimio/radiothérapie). (page 209) ;
  • Il vous permet d’évaluer facilement votre degré d’intoxication – qui augmente votre risque de maladie dégénérative, et en particulier de cancer – grâce à un questionnaire spécial et facile à remplir (page 192) ;
  • Il vous indique les méthodes naturelles de prévention, et d’accompagnement de la guérison, qui sont aussi les moins coûteuses ;
  • Il vous indique le régime à suivre dans les jours qui précèdent une opération du cancer ; (page 188)
  • Il vous explique précisément ce que vous devez manger dans les jours qui suivent l’opération, pour maximiser vos chances de guérison ; (page 189)
  • Il vous donne les compléments alimentaires qui font une différence positive réelle (page 182) ;
  • Il vous aide à identifier vos intolérances alimentaires, à l’origine de l’encrassement de votre organisme (page 50), plus un protocole naturel complet pour vous détoxifier (page 180) ;
  • Il vous indique comment guérir de vos intolérances alimentaires : au début du traitement, vous risquez de subir une poussée d’acné et des démangeaisons, lorsque la détoxication se met en route. Mais très rapidement survient l’amélioration des symptômes, qui est souvent « spectaculaire, parfois dès les premiers jours » ; (page 70) toutes les précisions sont données, que ce soit au niveau de l’alimentation, des médicaments à éviter, de la flore intestinale, de la paroi de l’intestin, des interactions avec d’autres maladies éventuelles (ostéoporose, troubles articulaires, douleurs gastriques, sinusites, infections…) ;
  • Il vous donne les recettes de tisanes efficaces pour restaurer la barrière intestinale : les mélanges d’herbes et comment les préparer.
  • Un chapitre entier est consacré à la micro-nutrition et la phytothérapie (médecine par les plantes) : quelles vitamines utiliser et sous quelle forme (page 126), les principaux oligo-éléments (zinc, sélénium, chrome et manganèse) et ce que vous pouvez en attendre (page 125) , ainsi que les substances végétales qui possèdent une action protectrice pour les cellules (effet anti-cancéreux).

Et le plus beau, c’est que le Docteur Lallement ne vous demande pas de renoncer aux plaisirs de la vie. Bien au contraire :

« Il est tout à fait possible de manger sainement sans renoncer à notre patrimoine gastronomique, il s’agit même d’une opportunité pour redécouvrir des saveurs oubliées ! », explique-t-il, en page 19.

Je ne peux malheureusement pas vous donner toutes ces informations dans cette lettre, ne serait-ce que par correction vis-à-vis du Dr Lallement, que j’apprécie beaucoup, mais également parce que c’est un sujet délicat et crucial, sur lequel toute imprécision doit être bannie.

En revanche, je ne peux que vous inviter à vous procurer au plus vite le livre du Dr Michel Lallement.

Notez-bien que je ne reçois strictement aucune commission sur les ventes.

Vous pouvez le commander en cliquant ici : http://www.rebelle-sante.com/node/2027

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

PS : ce livre nous concerne tous, quel que soit notre âge ou notre état de santé, mais offrez-le en priorité aux personnes malades dans votre entourage. Le Docteur Lallement, qui n’a pas sa langue dans sa poche, explique qu’il considère comme « coupable » de la part d’un médecin de renoncer à l’aide que la prise en charge nutritionnelle peut apporter aux malades : « Les opposants aux approches complémentaires ont donc une responsabilité morale vis-à-vis de leurs patients, car ils sont à l’origine d’une perte de chances. » déclare-t-il en page 19.

Le message ne pourrait pas être plus clair : en aidant un proche à connaître son « terrain » pour adapter son alimentation ; en lui indiquant comment éliminer de sa diète les aliments toxiques – et comment les remplacer ; en lui faisant comprendre la notion d’intolérance alimentaire, le médecin sérieux et compétent permettra à son patient d’en retirer un bénéficie considérable sur l’évolution de sa maladie (plus de précisions en page 30 du livre du Dr Lallement).

Mais vous pouvez également accéder directement à ces informations vitales en commandant le livre maintenant (cliquez ici).

**********************

Publicité :

Alors que se multiplient les scandales autour des médicaments chimiques, une petite élite de personnes bien informées bénéficient, elles, de traitements naturels auxquels le grand public n’aura pas accès avant des années.

Vous pourriez peut-être faire partie de ce club très fermé, vous aussi. Mais il faut un peu de temps pour décider. Si vous avez quelques minutes devant vous, allumez le son de votre ordinateur et cliquez sur la présentation qui se trouve ici.

**********************

Si vous n’êtes pas encore abonné et que vous souhaitez vous aussi recevoir cette newsletter gratuitement, cliquez ici.

**********************

Si vous souhaitez commenter cet article, vous pouvez vous rendre sur : www.santenatureinnovation.fr/cancerologue

**********************

Sources :

(1) Dr Yann Rougier, « Se programmer pour guérir », éditions Albin Michel.

**********************

Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment accrédités auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Santé et Nutrition n’est pas responsable de l’exactitude, de la fiabilité, de l’efficacité, ni de l’utilisation correcte des informations que vous recevez par le biais de nos produits, ou pour des problèmes de santé qui peuvent résulter de programmes de formation, de produits ou événements dont vous pouvez avoir connaissance à travers ce site. L’éditeur n’est pas responsable des erreurs ou omissions. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.
Santé et Nutrition est un service d’information gratuit des Nouvelles Publications de la Santé Naturelle, SARL au capital de 2000 euros, 6 rue Watteau, 92400 Courbevoie. Pour toute question, merci d’adresser un message à contact@santenatureinnovation.fr

 

_____________________________________________________________________________________

 

Le cancer : qu’est-ce que c’est?

Le cancer est une maladie redoutée, souvent perçue comme « la pire des maladies ». Elle est la première cause de décès avant l’âge de 65 ans, au Canada et en France. De nos jours, de plus en plus de gens reçoivent un diagnostic de cancer, mais heureusement, bon nombre en guérissent.

Il existe plus d’une centaine de variétés de cancer, ou tumeur maligne, qui peuvent se loger dans différents tissus et organes.

Chez les gens atteints de cancer, certaines cellules se multiplient de façon exagérée et non contrôlée. Les gènes de ces cellules déréglées ont subi des altérations, ou mutations. Parfois, les cellules cancéreuses envahissent les tissus environnants, ou se détachent de la tumeur d’origine et migrent vers d’autres régions du corps. Ce sont les « métastases ».

La plupart des cancers mettent plusieurs années à se former. Ils peuvent apparaître à tout âge, mais ils sont plus souvent découverts chez des personnes âgées de 60 ans et plus.

Remarque. Les tumeurs bénignes ne sont pas cancéreuses : elles ne risquent pas de détruire les tissus voisins et de se disséminer dans le corps. Elles peuvent toutefois faire pression sur un organe ou un tissu.

Causes

Le corps dispose d’une panoplie d’outils pour réparer les « erreurs » génétiques ou carrément détruire les cellules potentiellement cancéreuses. Or, il arrive que ces outils soient défectueux, pour une raison ou une autre.

Plusieurs facteurs peuvent accélérer ou engendrer l’émergence d’un cancer. D’ailleurs, on croit que c’est le plus souvent un ensemble de facteurs de risque qui conduit à un cancer. L’âge est un facteur important. Mais on admet de nos jours qu’environ les deux tiers des cas de cancer sont imputables aux habitudes de vie, essentiellement au tabagisme et à l’alimentation. L’exposition à des substances cancérigènes présentes dans l’environnement (pollution de l’air, substances toxiques manipulées au travail, pesticides, etc.) accroît aussi le risque de cancer. Enfin, les facteurs héréditaires seraient responsables de 5 % à 15 % des cas.

Statistiques

  • Environ 45 % des Canadiens et 40 % des Canadiennes seront atteints d’un cancer au cours de leur vie82.
  • Un Canadien sur 4 mourra des suites d’un cancer, tout sexe confondu. Le cancer du poumon est responsable de plus du quart des décès causés par un cancer.
  • Plus de cas de cancers sont diagnostiqués qu’auparavant, en partie en raison du vieillissement de la population et parce qu’on le dépiste davantage.
Le cancer à travers le monde

Les types de cancers les plus fréquents varient d’une région à l’autre du globe. En Asie, les cancers de l’estomac, de l’oesophage et du foie sont beaucoup plus fréquents, notamment parce que l’alimentation des habitants comporte une grande part d’aliments très salés, fumés et marinés. En Afrique subsaharienne, les cancers du foie et du col de l’utérus sont très répandus à cause des virus de l’hépatite et du papillome humain (VPH). En Amérique du Nord ainsi qu’en Europe, les cancers du poumon, du côlon, du sein et de la prostate sont les plus fréquents, entre autres en raison du tabagisme, des mauvaises habitudes alimentaires et de l’obésité. Au Japon, la consommation de viande rouge, qui n’a cessé d’augmenter au cours des 50 dernières années, a fait augmenter de 7 fois l’incidence du cancer du côlon3. Les émigrés finissent généralement par avoir les mêmes maladies que la population de leur pays d’accueil3,4.

Taux de survie

Aucun médecin ne peut prédire, avec certitude, l’évolution du cancer ni les chances de survie pour une personne en particulier. Les statistiques concernant les taux de survie donnent néanmoins une idée de la façon dont la maladie évolue au sein d’un large groupe de personnes.

Une proportion importante de malades guérit définitivement du cancer. Selon une vaste enquête menée en France, plus de 1 patient sur 2 est toujours en vie 5 ans après avoir reçu le diagnostic1.

Le taux de guérison dépend d’une multitude de facteurs : du type de cancer (le pronostic est excellent en cas de cancer de la thyroïde, mais l’est beaucoup moins en cas de cancer du pancréas), de l’étendue du cancer au moment du diagnostic, de la malignité des cellules, de la disponibilité d’un traitement efficace, etc.

La méthode la plus utilisée pour déterminer la gravité d’un cancer est la classification TNM (Tumor, Node, Metastase), pour « tumeur », « ganglion » et « métastase ».

  • Le stade T (de 1 à 4) décrit la taille de la tumeur.
  • Le stade N (de 0 à 3) décrit la présence ou l’absence de métastases dans les ganglions voisins.
  • Le stade M (0 ou 1) décrit l’absence ou la présence de métastases à distance de la tumeur.

Comment le cancer apparaît

Un cancer met habituellement plusieurs années à se former, chez les adultes du moins. On distingue 3 étapes:

  • Initiation. Les gènes d’une cellule sont endommagés; cela se passe fréquemment. Par exemple, les substances cancérigènes présentes dans la fumée de cigarette peuvent causer de tels dommages. La plupart du temps, la cellule répare l’erreur automatiquement. Si l’erreur est irréparable, la cellule meurt. On parle alors d’apoptose ou de « suicide » cellulaire. Mais lorsque la réparation ou la destruction de la cellule ne se fait pas, la cellule reste endommagée et passe à l’étape suivante.
  • Promotion. Des facteurs extérieurs vont stimuler ou non la formation d’une cellule cancéreuse. Il peut s’agir des habitudes de vie, comme le tabagisme, le manque d’activité physique, une mauvaise alimentation, etc.
  • Progression. Les cellules prolifèrent et la tumeur se forme. Dans certains cas, elles peuvent envahir d’autres parties du corps. Dans sa phase de croissance, la tumeur commence à provoquer des symptômes : des saignements, de la fatigue, etc.
Caractéristiques d’une cellule cancéreuse

  • Multiplication déréglée. Les cellules se reproduisent sans cesse, malgré les signaux d’arrêt de croissance qui leur parviennent.
  • Perte d’utilité. Les cellules ne remplissent plus leurs fonctions d’origine.
  • Immortalité. Le processus de « suicide » cellulaire n’est plus possible.
  • Résistance aux défenses du système immunitaire. Les cellules cancéreuses déjouent leurs « assassins » habituels, les cellules NK, ainsi que d’autres cellules censées limiter leur progression.
  • Formation de nouveaux vaisseaux sanguins dans la tumeur, appelée angiogenèse. Ce phénomène est indispensable à la croissance des tumeurs.
  • Parfois, envahissement des tissus voisins et d’autres parties du corps. Ce sont les métastases.

Les transformations qui surviennent dans les gènes de la cellule, lorsqu’elle devient cancéreuse, sont transmises à ses cellules descendantes.

Les différents cancers

Chaque type de cancer a ses caractéristiques et ses propres facteurs de risque. Veuillez consulter les fiches suivantes pour plus de détails sur ces cancers.

– Cancer du col de l’utérus
– Cancer colorectal
– Cancer de l’endomètre (corps de l’utérus)
– Cancer de l’estomac
– Cancer du foie
– Cancer de la gorge
– Cancer de l’oesophage
– Cancer du pancréas
– Cancer de la peau
– Cancer du poumon
– Cancer de la prostate
– Cancer du sein
– Cancer du testicule
– Cancer de la thyroïde
– Cancer de la vessie
– Lymphome non Hodgkinien
– Maladie de Hodgkin

Symptômes du cancer

Le cancer se manifeste de manière très variable. Il évolue généralement sur de nombreuses années, souvent sans occasionner de symptômes. Les symptômes suivants peuvent être des signes de cancer. En leur présence, consulter un médecin.

  • Une masse palpable, surtout si elle augmente de volume : un nodule dans un sein, sous la peau, à un ganglion, etc.
  • Un grain de beauté ou une tache cutanée qui change d’aspect, de couleur ou de taille, ou qui saigne.
  • Un saignement : du sang dans les crachats, les urines ou les selles. Pour les femmes, des pertes sanguines vaginales en cours de cycle ou après la ménopause.
  • Des symptômes persistants : une toux et des enrouements inexpliqués depuis plus de 4 semaines, une difficulté à déglutir, des nausées et des vomissements, une plaie qui ne guérit pas en 3 semaines, de la diarrhée ou de la constipationdepuis 6 semaines ou plus.
  • Une rétractation ou un écoulement du mamelon.
  • Des maux de tête récidivants et violents.
  • Une fatigue extrême.
  • Une perte de poids rapide et inexpliquée.

Personnes à risque

  • Certaines familles sont plus touchées par le cancer. Il existe des gènes de prédisposition au cancer, transmis d’une génération à l’autre. Cela peut être le cas pour les cancers du sein, de l’ovaire et du côlon. Même chez les personnes dont le bagage génétique prédispose au cancer, le risque d’en être atteint un jour dépend aussi et en grande partie des habitudes de vie et des lieux de vie et de travail.
  • Les personnes qui ont déjà eu un cancer.

Facteurs de risque

La recherche scientifique a permis de découvrir des facteurs de risque pour la plupart des cancers. D’ailleurs, les deux tiersdes cancers seraient provoqués par des habitudes de vie. Toutefois, il est très difficile de circonscrire la responsabilité de chacun des facteurs de risque suivants dans la vie d’un individu, car la maladie se développe sur plusieurs années et est souvent multifactorielle.

SOS crise-over

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• Comment se préparer pour les fêtes de fin d’année ?

• Pour bien dormir, vaincre le stress et la fatigue

• Remèdes anti-mouches !

• Le zeste de citron une mine de bienfaits

• Les extensions de cils peuvent-ils endommager vos yeux?

• Pourquoi ce besoin d’étaler sa vie sur Internet ?

• La magie du miel !

• Tout sur l’Iphone X

• Que faire en cas d’arrêt cardiaque ?

• SOS chaussures qui puent !




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *