Papa Wemba

Abidjan rendra hommage à Papa Wemba mercredi lors d’une grande veillée artistique

| Laissez un commentaire

La Côte d’Ivoire va rendre mercredi un hommage au roi de la rumba congolaise Papa Wemba, décédé dimanche à Abidjan où il participait au Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua), a annoncé lundi l’organisateur du festival.

« Une grande veillée artistique pour rendre hommage à l’illustre disparu, est prévue dans la nuit de mercredi à jeudi », écrit le commissariat général du Femua dans un communiqué.
« Plus de 100 artistes chanteurs et musiciens nationaux et internationaux vont se succéder sur la scène de cette veillée de 21 heures à l’aube », selon le texte.
Avant cet hommage, les organisateurs sont à pied d’oeuvre pour établir le programme des obsèques et le rapatriement du corps en République démocratique du Congo (RDC).
« Une délégation composée de quatre membres de la famille de l’artiste est attendue vers 10 heures (même heure GMT) ce lundi à Abidjan en provenance de Kinshasa », a déclaré à l’AFP Salif Traoré, dit A’Salfo, le leader du groupe ivoirien Magic System, promoteur du Femua.
Une rencontre est « aussitôt prévue, en compagnie de l’ambassadeur de RDC à Abidjan, rentré précipitamment du Mali en vue d’établir un programme définitif », a-t-il assuré.
L’information était à la Une de tous les quotidiens ivoiriens de lundi: « Le dernier roi de la rumba se retire de la scène », écrit le journal indépendant Tribune. « Papa Wemba a rangé le micro, hier », selon le quotidien L’Expression.
Le journal gouvernemental Fraternité Matin qui a consacré trois pages à l’artiste, barre sa Une, « Décès de Papa Wemba/ L’icône de la musique tombe micro en main ».
Papa Wemba, 66 ans, légende de la musique congolaise, est décédé après un malaise survenu sur scène à Abidjan, dans le quartier populaire d’Anoumabo qui a vu naître Magic System, groupe star de la musique ivoirienne.
Le chanteur a connu ces dernières années quelques ennuis de santé, selon des sources proches des organisateurs du festival.
Les hommages se sont multipliés pour saluer un des chanteurs africains les plus populaires d’Afrique et le prince de la SAPE (Société des Ambianceurs et des Personnes Elégantes), mouvement dont il a été l’un des initiateurs au Zaïre dans les années 70 et qui se caractérise par les plus grandes audaces vestimentaires.
ck/eak/dom

Source : abidjan

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• Création d’emploi jeunes: les opérateurs dénoncent les failles

• Côte d’Ivoire: Yopougon, une machine de production arrache le bras d’un travailleur

• La profession comptable connaît des ‘’avancées notables’’ en Côte d’Ivoire

• Un hélicoptère s’écrase à Abidjan faisant quatre blessés

• Gestion du foncier rural: La CNDHCI forme ses commissaires régionaux

• Secteur Privé- Renforcement des capacités de plus de 7000 entreprises africaines et francophones

• Côte d’Ivoire/ Education : les cours ont repris à Séguéla

• TIC/La Digitalisation à la loupe

• Sénégal-Côte d’Ivoire: Une plainte déposée contre Dj Arafat, l’artiste accusé d’avoir fait perdre 20 millions de Fcfa à ses promoteurs

• Affaire séisme à Divo: Le directeur du laboratoire de la station géophysique de Lamto explique




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *