resume-de-texte

Astuces pour faire un << bon résumé >> de texte

| Laissez un commentaire

  1. Qu’est-ce qu’un résumé de texte ?

Résumer un texte, c’est se mettre à la place de l’auteur et reprendre – en son nom – l’argumentation en la réduisant au quart des mots utilisés.

  1. Comment repérer les idées essentielles, comment abréger ?

Pour faire le résumé d’un texte, il faut le réduire. Cela implique l’abandon de certaines idées et la reformulation abrégée de celles qui sont essentielles. Les difficultés rencontrées se situent donc :

–         lors du repérage des idées essentielles

–         lors de la reformulation, qui se fait sous une forme abrégée, avec des termes différents de ceux que l’auteur a employés.

Le risque est toujours de fausser le sens du texte lorsque l’on procède à ces deux opérations.

 

Méthode

Vouloir remplacer les mots du texte par des synonymes comporte des risques. Vérifiez que le mot choisi s’adapte au contexte.

Certains mots clés des textes ne peuvent pas être remplacés par des équivalents : livre, télévision, liberté, démocratie, violence, culture, civilisation, société de masse

Vous ne pouvez éviter de les reprendre et il vaut mieux les employer que de chercher les « mauvais équivalents » risquant de fausser le texte.

 

  1. Qu’appelle-t-on système de l’énonciation ?

Le système de l’énonciation est l’ensemble des indices (pronoms personnels, verbes d’affirmations ou de jugement…) qui permettent de comprendre :

–         qui parle

–         qui prend à son compte les opinions ou les jugements prononcés

–         qui est le destinataire du message.

Ne pas savoir identifier le système de l’énonciation conduit à des contresens faussant la signification du texte.

 

Méthode

Pour identifier le système de l’énonciation, aidez-vous des pronoms personnels et repérez les verbes qui suggèrent l’existence de paroles ou de pensées, celles de l’auteur ou celles de quelqu’un d’autre.

Soyez attentifs à l’ironie : elle se révèle par des effets de décalage et se manifeste lorsque l’auteur affirme le contraire de ses convictions.

 

  1. Comment repérer les articulations logiques d’un texte

La structure d’un texte est l’organisation logique de ses idées. Elle est soulignée souvent par la division en paragraphes et par la présence de mots de liaison (conjonctions de subordination et de coordination, adverbes).

L’évolution des idées du texte est également marquée par le vocabulaire. On appelle réseau lexical l’ensemble des termes se rapportant à la même idée, de manière proche ou plus éloignée.

De la même façon qu’il est important de repérer les idées essentielles et le système de l’énonciation d’un texte, il faut repérer la manière dont s’articulent logiquement les idées et les mots qui les expriment.

 

Le tableau suivant récapitule les différents mots de liaison, leur nature, leur sens et le lien logique qu’ils soulignent.

 

  Adverbes et conjonctions de coordination Conjonctions de subordination Prépositions Expressions diverses
Analogie
Equivalence
Adjonction
Et, aussi, soit, de même, de plus, c’est-à-dire, par exemple… Comme, ainsi que, de même que, autant… autant, plus… plus, comme si, aussi que, autant que, plutôt que, d’autant plus, d’autant moins que En plus de, en sus de, outre… A ceci s’ajoute que, ceci se rapproche de, évoque, rappelle, ressemble, fait penser, est semblable à…
Séparation
Division
Alternance
Ou, ni, soit… soit Soit que… soit que, non pas que… mais sauf que, sauf si, si ce n’est, excepté que, excepté si, à moins que Sans, hormis, excepté, sauf… Ceci exclut, diffère de, n’est pas compatible avec…
Objection
Contradiction
Opposition
Mais, néanmoins, cependant, pourtant, en revanche, au contraire, toutefois, or Tandis que, alors que, quand, si, là, où, loin que, bien que, même si, encore que, quoique, quand même, quel que, quelque .. que, si… que Contre, en dépit de, loin de, malgré Avoir beau…, ceci s’oppose à, ceci contredit, ceci empêche, interdit…
Cause
Motivation
Explication
En effet, car Parce que, vu que, étant donné que, puisque, comme, c’est que, du moment que, dès lors que, sous prétexte que, d’autant que A cause de, à la suite de, en raison de, par suite de Ceci résulte de, découle de, dépend de, provient de, procède de, ressortit de, vient de …
Conséquence
Déduction
Corollaire
Donc, par conséquent, en conséquence, aussi, c’est pourquoi, ainsi De (telle) sorte que, de (telle) façon que, de (telle) manière que, si bien que, au point que, si… que, trop… pour que Au point de, de peur de, de crainte de, afin de, pour, dans l’intention de… Ceci implique ;entraîne, amène, cause, produit, suscite, incite, pousse à, il s’ensuit que…, cela a pour effet de

 

Méthode
Pour repérer l’évolution logique d’un texte, utilisez les trois éléments suivants :

– la division en paragraphes
– les réseaux lexicaux
– les articulations logiques
La division en paragraphes s’observe facilement. Si les paragraphes sont nombreux et courts, ne les conservez pas dans le résumé : intégrez-les à ce qui précède ou à ce qui suit.
Les réseaux lexicaux s’analysent à partir des champs lexicaux et de la reprise de termes traitant d’un même thème.
Les articulations logiques peuvent se présenter sous plusieurs formes :
– mots ou expressions logiques
– déterminants précis : pronoms personnels, adjectifs démonstratifs
– simple reprise de termes appartenant eu même réseau lexical

 

  1. Que faire des exemples et des citations ?

Résumer un texte est souvent rendu difficile par la présence d’exemples, de citations, d’interventions exprimées au style direct. Il faut, à ce sujet, respecter quelques règles.

Les exemples ne sont pas à supprimer systématiquement. Ceux qui ont pour seule fonction d’illustrer une idée déjà exprimée peuvent disparaître. Ceux qui ont valeur d’argument doivent être conservés.

Une citation reprise entre guillemets ne peut être modifiée. Si le résumé implique qu’elle soit réduite, et donc modifiée, il faut supprimer les guillemets.

Une intervention rapportée au style direct peut être conservée si elle est brève. On garde alors les guillemets. Si elle doit être résumée, il vaut mieux l’intégrer au texte sous forme de style indirect. On supprime alors les guillemets.

 


 Méthode
Conservez les exemples qui jouent le rôle d’une idée, d’un argument ; supprimez ceux qui ne servent qu’à reprendre une idée déjà exprimée et à l’illustrer.
Si vous trouvez une phrase au style direct, modifiez-la pour la résumer et pour la transformer en style indirect.

 

  1. Comment comprendre les textes non contemporains ?

Certains textes donnés à résumer ont été écrits au XVIIIème ou au XIXème siècle. Leur appartenance à une époque non contemporaine a pour conséquences deux difficultés dont il faut être conscient :

–         le vocabulaire et les tournures de phrase ne sont pas ceux de la langue du XXIème siècle

–         les textes peuvent faire référence à un contexte socioculturel et historique peu ou mal connu.

 

Méthode 

Observez attentivement la date de publication de l’œuvre d’où est extrait le texte. Cela peut vous permettre d’éviter l’erreur des anachronismes.

N’oubliez pas que le sens des mots évolue.

Rappelez-vous qu’un texte se comprend et s’explique par le milieu socioculturel dans lequel il a été produit. De manière générale, soyez attentifs à toute information accompagnant le texte : titre du passage, titre de l’oeuvre, époque.

 

 

Source : intellego.fr

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• Comment se préparer pour les fêtes de fin d’année ?

• Pour bien dormir, vaincre le stress et la fatigue

• Remèdes anti-mouches !

• Le zeste de citron une mine de bienfaits

• Les extensions de cils peuvent-ils endommager vos yeux?

• Pourquoi ce besoin d’étaler sa vie sur Internet ?

• SOS cancer de la prostate

• La magie du miel !

• Tout sur l’Iphone X

• Que faire en cas d’arrêt cardiaque ?




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *