Coiffure et esthétique

Coiffure et esthétique : Des salons menacés de fermeture

284 vues | Laissez un commentaire

Des salons de coiffure exerçant dans l’informel seront contraints de fermer. Cette décision émane des présidents des 3 syndicats de ce secteur.
Dans un entretien accordé à un confrère de la place, M.William Abolé, premier responsable du syndicat national des professionnels de la coiffure et de l’esthétique en Côte d’Ivoire a déclaré que certains salons ne seront plus opérationnels dans les prochains mois. « Nous travaillons dans un secteur extrêmement complexe. Certains salons de coiffure exercent dans l’informel. Je pense qu’il est temps d’assainir notre corporation. Dès le début de l’année 2016, nous allons sillonner les communes du district d’Abidjan pour exhorter les responsables des salons à se conformer aux textes qui régissent notre secteur. Nous nous rendrons par la suite à l’intérieur du pays pour faire passer le même message. Ceux qui ne se conformeront pas aux textes subiront la rigueur de la loi » , a-t-il déclaré. Abondant dans le même sens que son collègue, Jeannette Sepi, présidente du syndicat national des coiffeurs et esthéticiens de Côte d’Ivoire a fait remarquer que les agissements de certaines personnes ternissent l’image de la corporation. Selon elle, l’heure est donc venue de mettre de l’ordre dans le secteur. « Nous constatons la floraison des salons de coiffure dans les communes du district d’Abidjan. Mais tous ces salons ne sont pas tenus par des coiffeurs professionnels. Des jeunes filles formées en un temps record par des ONG ouvrent des salons. Non seulement elles ne savent pas coiffer mais elles ne disposent d’aucun document leur permettant d’ouvrir un salon et d’exercer le métier de coiffeuse. L’année 2016 sera celle de la répression. Nous ne sommes contre personne. Nous agirons selon les textes de notre corporation », at-elle martelé. Quant à M. Serge Sambrin, président du syndicat national des professionnels de la coiffure et de l’esthétique en Côte d’Ivoire, les salons clandestins constituent une entrave au bon fonctionnement du secteur. « Je pense qu’il ne faut pas se voiler la face. Il existe bel et bien des salons qui travaillent dans l’informel. Après la phase de la sensibilisation, nous passerons à la répression », a-t-il indiqué.

D D

Source : news.abidjan.net

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• Littérature – En marge du Prix Ivoire 2017, Akwaba culture lance le Prix littéraire Horizon.

• Afrik Fashion show 12: le gouvernement encourage les créateurs de mode

• 1ère édition de Sud-Comoé Festival Agnintié – Les ministres du Tourisme et de la Culture veulent pérenniser l’événement.

• Côte d’Ivoire: DJ Arafat meilleur artiste de coupé décalé

• Eléphants / Retour de Kodjia et Zaha: Un casse-tête pour Marc Wilmots

• Jeu d’Echecs /Tournoi Yop La Belle: La FIDEC encourage le dynamisme des clubs

• La 23e édition du festival national Vacances culture ouverte à Bouaflé

• Eliminatoires Coupe du Monde: Zaha, Kodjia et Gbamin ‘’out’’ face au Gabon

• Nomination du footballeur international Kolo Touré au poste de sélectionneur adjoint des Eléphants locaux

• Taekwondo: le nouveau comité directeur de la Fédération Ivoirienne investi




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *