Côte d’Ivoire/ La filière mangue fait face à une campagne difficile due aux effets du changement climatique

129 vues | Laissez un commentaire

Les acteurs de la filière mangue déplorent une campagne difficile caractérisée par une faible production au niveau des vergers due aux effets du changement climatique, a appris l’AIP, samedi, au siège de la coopérative pour le développement des fruits et légumes de Côte d’Ivoire (scoop-CDFL) sis au quartier Poudagnin de Ferkessédougou.

« La campagne est difficile cette année. Elle a commencé timidement depuis le 10 avril, parce que les vergers n’ont pas produit assez de mangues comme nous l’avons souhaité », a indiqué M. Coulibaly Sigakota Sidiki, président de la société coopérative du développement des fruits et légumes.

Pour une campagne qui a démarré le 10 avril et qui va durer 45 jours, la quantité de la production s’avère encore insuffisante pour les stations de conditionnement et d’exportation.

« Quand on parcourt les vergers, il est difficile de croire qu’on aura assez de mangues dans nos stations de conditionnement. Cette année, il y a eu en production un arbre sur dix, pour les producteurs les plus chanceux, ce sont trois à quatre manguiers qui ont produit sur dix », a-t-il ajouté.

Selon lui, cette faible production est due au changement climatique.

« Nous subissons les effets du changement climatique.La très longue sécheresse est l’une des principales causes de la faible production.On n’a jamais vu cela depuis que nous sommes dans le métier.Avant sur un hectare de verger,on pouvait en sortir cinq bâchées  ,mais cette année,sur un hectare,il est difficile de récolter 45 caisses de mangues.  » a-t-il indiqué.

M. Coulibaly pense aussi que les herbicides utilisés dans les champs depuis un certain temps peuvent aussi être l’une des causes de la faible production.

« C’est un constat personnel. Les herbicides que nous employons dans les vergers ne sont pas non plus étrangers à la baisse de la production.Nous avons constaté que les producteurs qui labourent seulement leurs vergers sans employer les insecticides ont fait plus de récolte que ceux qui emploient beaucoup les herbicides », a-t-il ajouté.

Face à la situation, les acteurs demandent à l’Etat ivoirien d’apporter son soutien à la filière mangue, pour ne pas que la production baisse de façon drastique.

« Nous demandons à l’Etat de nous donner un coup de main. Nous tournons sur fonds propres et avec l’aide des importateurs. L’État pourrait nous être d’un grand soutien en créant dans chaque région deux centres de conditionnement de grandes capacités et avec de grandes chambres froides, des centres qui répondent aux normes européennes. Des centres de conditionnement que nous pouvons louer. Cela peut faire entrer des devises », ont souhaité les exportateurs qui rencontrent également les mêmes difficultés.

A l’exemple de M. Désiré Kyali, responsable d’une société d’exportation de la mangue, les exportateurs de la mangue estiment que « cette année, la campagne est difficile parce qu’il n’y a pas eu assez de production. Nous faisons ce qu’on peut pour aider nos paysans à évacuer leurs fruits. Cela est dû au changement climatique. Au Pérou déjà, les acteurs de la filière mangue subissaient le changement climatique, nous ne pensions pas que cela arriverait chez nous ici. L’année dernière, toute la Côte d’Ivoire était à 36 000 T de production. Cette année, nous ne croyons pas pouvoir atteindre cette production, avec ce que nous rapportent nos récolteurs et nos acteurs sur le terrain », a fait savoir M. Kyali.

Alors pour compenser le déficit, les acteurs sont obligés de multiplier les vergers, afin de pouvoir approvisionner les stations de conditionnement et d’exportation. « Il y a de nouveaux vergers qui sont entrés en production, peut-être un espoir pour nous rapprocher du tonnage et satisfaire un peu à la demande de la clientèle », estiment les acteurs de la filière.

La campagne de la filière mangue est très importante dans les zones productrices comme Ferkessédougou où l’économie, pendant cette période, connaît un bond à en croire M. Koné Aboulaye, responsable de la production de la Société de conditionnement et de transformation de la mangue

 

SOURCE : AIP

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• Taekwondo/ Grand Prix de Rabat 2017 : Cissé Cheick et Gbagbi Ruth offrent l’Or et le bronze aux éléphants taekwondo ins

• Côte d’Ivoire: Lutte contre le VIH SIDA, un docteur déplore le manque de ressources pour éradiquer définitivement la pandémie

• Excellence à l’école- Récompense des 14 meilleurs élèves, Dominique Kakou : « Nous intégrerons les meilleurs en étant sur le chemin de l’excellence »

• Rentrée scolaire 2017-2018 / Un enfant en kaki agresse à Williamsville, élève ou microbe?

• Côte d’Ivoire: Agence Emplois Jeunes, une trentaine des fonctionnaires auraient reçu des cessations de service après leur grève

• Côte d’Ivoire/ Le combat des autorités éducatives du Bounkani pour réduire l’analphabétisme dans la localité

• Côte d’Ivoire/ Le combat des autorités éducatives du Bounkani pour réduire l’analphabétisme dans la localité

• Côte d’Ivoire: Espionnage Facebook messenger et Whatsapp impossible malgré les rumeurs

• Crise des frais d’inscription – D’anciens syndicalistes estudiantins condamnent la FESCI

• Une caravane de sensibilisation à l’autonomisation de la femme annoncée Odienné




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *