lycée-jf

Côte d’Ivoire/ Les cours ne sont pas encore effectifs dans plusieurs établissements de Séguéla

| Laissez un commentaire

Le démarrage effectif des cours pour l’année scolaire 2017-2018 n’est pas encore une réalité dans plusieurs établissements secondaires de la ville de Séguéla (Centre-ouest, région du Worodougou) où seul le Lycée moderne des Jeunes filles fait exception, a constaté l’AIP, mardi.

Au Lycée moderne Dominique Ouattara, le plus grand établissement de la région avec plus de 4 000 élèves, les salles de classe sont toujours fermées. La préséance étant accordée aux inscriptions physiques chez les éducateurs et à l’économat.

En attendant une instruction de la tutelle relative au désengorgement des salles de classe par la réaffectation de certains élèves dans le privé, la finalisation des emplois du temps a été suspendue. Ce qui constituera une véritable bouffée d’oxygène pour ce lycée qui a atteint les limites de ses capacités d’accueil avec un déficit de 30 salles de classe et de 59 enseignants.

La ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Kandia Camara, a annoncé la mise à disposition de cinq milliards de francs CFA en vue de faire ostensiblement face aux effectifs pléthoriques dans les lycées publics.

« On va observer jusqu’à vendredi et démarrer les cours lundi, quel que soit le nombre d’élèves », avait déclaré, face à la réticence des parents à se conformer au calendrier scolaire, le principal du collège BAD, Djakaridja Traoré, rencontré le jour de la rentrée officielle des classes.

Dans les établissements secondaires du privé, le début des cours n’est pas à l’ordre du jour durant ce mois de septembre.

« On dit de revenir le 2 octobre pour commencer », a confié un élève du lycée Les élites (LYMES).

Au Collège moderne le Worodougou, le tableau est le même avec les inscriptions en pôle position.

Seul le lycée moderne des Jeunes filles détonne dans cette grisaille. « Ce matin, j’ai fait cours en Terminale C où on a vu la première des trois hypothèses sur le mécanisme de la communication nerveuse. Cet après-midi, je serai en Première D », a affirmé le professeur de SVT, Touré Mahouélé, rencontré dans l’enceinte de l’établissement.

Son collègue de mathématiques, Blé Guy Roland, lui, prévoit même une interrogation écrite la semaine prochaine, surtout que la majorité des apprenantes est présente.

« Que celles qui ne sont pas encore là se dépêchent parce que la priorité, c’est le début des cours », estime, pour sa part, le proviseur Ouattara N’Klo Honorine. Pour ce faire, elle a instruit ses collaborateurs de laisser les élèves aller en classe sur la base de l’inscription en ligne.

Démarrée lundi, l’année scolaire 2017-2018 dans l’enseignement général s’étale sur 34 semaines pour 1 020 heures de cours, rappelle-t-on.

 

SOURCE : AIP

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• Côte d’Ivoire/ L’école de nouveau paralysée à Séguéla

• Côte d’Ivoire / 17 cas de grossesse enregistrés au premier trimestre au lycée moderne de Bocanda

• Côte d’Ivoire / Deux logements remis aux enseignants à Madinani

• Côte d’Ivoire / 140 jugements supplétifs établis par le SAARA en 2017

• Côte d’Ivoire/ 200 kits de dispositif de lavage de main à des restauratrices et aux directeurs d’écoles de Soubré

• Education Nationale : Le Ministre Adama Koné offre 500 tables-bancs et des ordinateurs aux lycées de kabadougou (Odienné)

• Autonomie des femmes- Quatre formations lancées par la Chaire Unesco Eau, Femmes et Pouvoirs de Décisions

• 3ième Edition de la Journée Promotionnelle du Genre ( JPG 2017) : l’employabilité des filles dans les filières industrielles au coeur des débats

• Cote d’Ivoire/ Le 60e anniversaire du collège moderne d’Abengourou célébré

• Création d’emploi jeunes: les opérateurs dénoncent les failles




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *