telephone mobile

Côte d’Ivoire / Mauvaise utilisation de l’Internet, puces de portable non identifiées : Voici ce à quoi s’exposent les abonnés

306 vues | Laissez un commentaire

L’Autorité de régulation des télécommunications en Côte d’ Ivoire (Artci) a sensibilisé sur les dangers liés à la mauvaise utilisation de l’Internet et à l’utilisation des puces de téléphone portable non identifiées, jeudi 31 mars 2016 à l’espace Ficgayo à Yopougon.

Mme Gbato Dorcas, directrice des affaires juridiques de cette structure a déploré l’attitude de certains consommateurs abonnés à une surexposition de leur vie privée. Cette pratique, dit-elle, est déconseillée parce qu’elle peut rattraper ces mauvais utilisateurs, quand, par exemple, ils aspireraient à certaines fonctions. Pis, l’exposition de leurs enfants, leurs biens et même l’intérieur de leurs résidences sur les réseaux sociaux est source d’insécurité. Non seulement ils donnent l’occasion  à ceux qui ont envie de les cabrioler d’avoir toutes les dispositions pour sévir mais aussi ils permettent à des personnes de mauvaise intention d’atteindre leurs enfants, a prévenu Mme Gbato. Des enquêtes ont révélé que des pédophiles utilisent les photos de certains tout-petits disponibles sur les réseaux sociaux qu’ils repèrent et pistent pour en faire des victimes. Des photos sont aussi utilisées pour faire chanter des gens. Par ailleurs, les puces des téléphones portables exposent à des risques quand elles ne sont pas identifiées. C’est pourquoi, a conseillé la responsable juridique, il faut les acheter en agence. On peut l’acheter chez un vendeur agréé, mais qu’il ait le moyen de faire l’identification. N’empêche que le consommateur doit se rendre chez l’opérateur pour le signifier. Mme Gbato estime qu’il est important de prendre ces dispositions parce que la puce peut servir à faire une arnaque, un cambriolage, un braquage ou un brigandage. Même à des choses plus graves comme l’attaque terroriste de Grand-Bassam. « Si vous achetez une puce non identifiée qui a servi à faire du banditisme, par exemple, le traçage le révélera. Ce sera votre parole contre le traçage, qui est une preuve palpable», a fait savoir Mme Gbato. «Notre ambition, c’est de permettre au consommateur de savoir ses droits et devoirs afin qu’il soit prêt à faire face aux dangers de la mauvaise utilisation des Technologies de l’information et de la communication », a-t-elle précisé, avant de faire savoir que la sécurité passe par l’identification des puces. Le représentant de l’Artci, N’poué Apété a signifié que l’intérêt des consommateurs reste une préoccupation pour sa structure. Ils devront reverser toutes leurs préoccupations au service juridique de l’Artici à l’adresse email

 

Source : educarriere.ci

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• TIC- l’ivoirienne Raissa Banhoro remporte le prix de l’innovation RFI

• La 2ème édition d’Africa Cyber Security Conference ouverte à Abidjan

• TIC-Sécurité: l’Afrique se trouve en bonne position pour utiliser la cybersécurité (Mme Katherine Brucker)

• Facebook teste une fonctionnalité contre les Fake News

• Cyber sécurité : 45% des grandes entreprises sont piratées en Afrique de l’Ouest (Etude)

• Côte d’Ivoire/ Africa cyber security conférence 2017 prévue du 10 au 12 octobre à Abidjan

• Sensibilisation au bon usage d’internet : une session de formation à l’attention des usagers s’ouvre à Abidjan

• Cyber Sécurité: SOLUTECH et SYMANTEC proposent des solutions innovantes

• Infinix, lance la 5ème génération de sa série HOT avec le HOT 5

• Africsearch Côte-d’Ivoire apporte son expertise à la 3è édition des Masters Classes du Numérique




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *