Côte d’Ivoire, Primaire publique, écoliers dehors, grève de 5 jours

Côte d’Ivoire, Primaire publique, écoliers dehors, grève de 5 jours

231 vues | Laissez un commentaire

L’intersyndicale de l’enseignement préscolaire et primaire de Côte d’ivoire a mis à exécution sa menace de grève de cinq jours à partir de ce lundi 7 novembre 2016. A Abidjan et à l’intérieur du pays, le mot d’ordre est suivi.

Plusieurs écoles primaires publiques sont fermées en Côte d’Ivoire ce lundi 7 novembre 2016, a constaté politikafrique.info. De Yopougon à Cocody en passant par Adjamé,Ouéllé, Katiola, Sinématiali le constat est le même. Au Groupe scolaire Libreville de Man, les élèves ont été priés de rejoindre leurs maisons, indiquent des sources sur place. Sur les réseaux sociaux, les  syndicalistes exposent des photos rendant compte de l’effectivité de la grève dans les établissements scolaires. C’est le cas de Franck-Olivier Dadi  qui se félicite, selfie à l’appui. « Le mot d’ordre de grève très bien suivi dans l’IEP de Sakassou. Honneur et Dignité », poste-t-il.  Il est suivi par d’autres syndicalistes dans les groupes de discussions.

A Sinématiali, un enseignant joint par Politikafrique.info a indiqué que « la grève est largement suivie, nous avons même forcé nos collègues qui sont à l’inspection à quitter les bureaux ». A Korhogo, le groupe scolaire Centre Application, situé non loin du commissariat a fonctionné, fait savoir cet enseignant. Toutefois, dans l’ensemble, la grève est largement suivie au détriment, une fois de plus des milliers d’écoliers ivoiriens dont les parents n’ont pas les moyens de les inscrire au privé.

Cette grève vient renforcer le boycott des cours de mercredi institués à la rentrée scolaire 2016-2017 par le gouvernement ivoirien.  Au lendemain de  l’ouverture d’un cadre de concertation en vue de ramener la paix à l’école, les deux parties (syndicats et ministère de tutelle) n’ont pu s’entendre.

Par ailleurs, 50 syndicats  du secteur  public annoncent  une  grève pour les 8, 9 et 10 novembre 2016.  Ces syndicats réunis au sein de la  Plateforme nationale de la Fonction publique, sont issus des familles d’emplois de la Santé, des Eaux et Forêts, du secteur Education /Formation, du Trésor, des  Impôts, de la Douane etc. Au nombre des revendications, la question de la retraite et celle de la liberté syndicale. Ils  exigent, entre autres,  « le retrait de l’ordonnance 2012 sur la pension de retraite, le paiement du stock des arriérés, le respect des libertés syndicales et l’intégration des agents journaliers du secteur public à la Fonction publique ».

Nesmon De Laure
Source: rédaction politikafrique.info

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• TIC- l’ivoirienne Raissa Banhoro remporte le prix de l’innovation RFI

• Littérature – En marge du Prix Ivoire 2017, Akwaba culture lance le Prix littéraire Horizon.

• Côte d’Ivoire / La jeunesse pour la création de plus d’opportunités d’emplois (Recommandations)

• A propos du numérique, Sidi Tiémoko Touré : « La démarche du gouvernement est d’encourager le développement de nouveaux métiers »

• Autonomisation des jeunes: une association de jeunesse sollicite le ministre Sidi Tiémoko Touré

• La 2ème édition d’Africa Cyber Security Conference ouverte à Abidjan

• TIC-Sécurité: l’Afrique se trouve en bonne position pour utiliser la cybersécurité (Mme Katherine Brucker)

• Archibat 2017- Voir les choses en grand

• La 7e rencontre internationale des Professionnels du Protocole et de l’Event management du réseau IPPRB s’ouvre à Abidjan

• Côte d’Ivoire: Emploi Jeunes, 200 jeunes à former aux métiers du bâtiment à Bouaké




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *