Côte d’Ivoire: Université de Bouaké, des enseignants décrètent 3 jours de grève, pour protester contre l’agression d’un collègue

Côte d’Ivoire: Université de Bouaké, des enseignants décrètent 3 jours de grève, pour protester contre l’agression d’un collègue

| Laissez un commentaire

Suite aux derniers mouvements sur les campus de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké, une Assemblée générale intersyndicales (SYNARES/ UOA), a été organisée, le mercredi 7 juin 2017 au campus2.Après avoir entendu les témoignages émouvants de nos collègues, sauvagement agressés et humiliés dans l’exercice de leur fonction par les étudiants, l’Assemblée générale a fait une analyse de la situation sécuritaire puis a arrêté les résolutions suivantes:

« 1-condamne avec fermeté l’agression contre les collègues, le 1er juin 2017, par les étudiants et toutes les formes de violences estudiantines sur les campus.
2-Décide d’un arrêt de travail de trois(3) jours, du lundi 12 au mercredi 14 juin 2017 inclus pour protester contre l’agression de nos collègues enseignants- chercheurs;
3-Exige la fin des parades et des chants guerriers des étudiants sur les campus;
4- Demande l’arrêt des séances de prières de midi dans les salles de cours pendant que certains collègues dispensent leur enseignement à côté ;
5-Réaffirme le caractère non négociable des vacances des enseignants chercheurs », a décidée l’AG de l’intersyndicale.

Pour vérifier l’effectivité du mot d’ordre de greve  du SYNARES et de la CNEC Bouaké, nous nous sommes rendus ce lundi 12 juin 2017 matin sur les deux campus de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké. Si les agents de l’administration sont à leur place respective, les salles de Travaux dirigés, d’amphithéâtres sont fermées. Les parkings des campus qui étaient exiguë pour le stationnement, sont déserts comme le stade de la paix de Bouaké, juste après le match Côte- d’Ivoire- Guinée Conakry du samedi dernier.

Rencontré sur le campus1, le secrétaire général du Syndicat National de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur ( SYNARES), professeur Jean Francis Ekoungoun a affirmé : « Nous avons fait le tour des campus, on peut dire que la greve de protestation des enseignants contre les violences de toutes formes par des étudiants est totalement suivie. Nous voulons dire non à la violence sur les enseignants par les étudiants. Nous travaillons déjà dans les conditions difficiles, il ne faudrait pas que les étudiants en rajoutent », a- t- il lancé.

Vraiment avec cette greve des enseignants après celle lancée par le Comité des Élèves et Étudiants de Côte d’Ivoire(CEECI), c’est toute l’Université qui porte le nom du président Alassane Ouattara qui est dans la tourmente.

SOURCE : koaci.com

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• Côte d’Ivoire/ L’école de nouveau paralysée à Séguéla

• Côte d’Ivoire / 17 cas de grossesse enregistrés au premier trimestre au lycée moderne de Bocanda

• Côte d’Ivoire / Deux logements remis aux enseignants à Madinani

• Côte d’Ivoire / 140 jugements supplétifs établis par le SAARA en 2017

• Côte d’Ivoire/ 200 kits de dispositif de lavage de main à des restauratrices et aux directeurs d’écoles de Soubré

• Education Nationale : Le Ministre Adama Koné offre 500 tables-bancs et des ordinateurs aux lycées de kabadougou (Odienné)

• Autonomie des femmes- Quatre formations lancées par la Chaire Unesco Eau, Femmes et Pouvoirs de Décisions

• 3ième Edition de la Journée Promotionnelle du Genre ( JPG 2017) : l’employabilité des filles dans les filières industrielles au coeur des débats

• Cote d’Ivoire/ Le 60e anniversaire du collège moderne d’Abengourou célébré

• Séminaire: La Fesci veut en finir avec le problème des inscriptions à l’université de Cocody




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *