Tantie Oussou

Décès de Tantie Oussou : Le film de ses derniers jours…

412 vues | Laissez un commentaire

Tantie Oussou, de son vrai nom Kouadio Oussou Elisabeth a tiré sa révérence le samedi 27 août 2016, dans une clinique de Cocody. L’Intelligent d’Abidjan était à son domicile, à Cocody-Angré, hier lundi 29 août 2016, où l’un des fils de l’artiste disparue, a décrit les derniers mois…et jours de la vie de Tantie Oussou.

« Elle était souffrante depuis novembre 2015. Par la suite, elle a vécu dans un coma durant 5 jours avant de revenir à la vie pour un temps. Au total, maman a passé un séjour de 21 jours à la clinique Danga de Cocody, avant d’être libérée. Mais, déjà atteinte par la maladie, elle ne s’est plus retrouvée et sa situation était devenue critique. C’est ainsi que je l’ai récupérée pour l’emmener chez moi à Yopougon, afin de mieux la traiter et la suivre. Nous avons donc fait des analyses approfondies et cela nous a fait découvrir qu’elle souffrait d’une insuffisance rénale très avancée. Ses reins étaient déjà atteints à 92% et le compte à rebours contre la mort avait déjà commencé. Cependant, je n’ai pas lésiné sur les moyens et j’ai fait ce qui était en mon pouvoir, en tant que fils pour la soigner. Nous avons alors commencé des séances de dialyse, après quelques traitements. Malgré cela, elle était déjà affaiblie par la maladie, qui finalement a eu raison d’elle », nous a conté l’un des fils de Tantie Oussou, qui a souhaité taire son nom pour des raisons personnelles.

La dernière volonté de Tantie Oussou

Selon ce fils, 10 jours avant sa mort, sa mère a demandé à retourner chez elle à Cocody-Angré, car dit-il, elle éprouvait des difficultés à monter et descendre les escaliers de chez lui.

« 10 jours avant sa mort, elle m’a dit qu’elle avait du mal à se déplacer à cause des escaliers. Et qu’elle voulait retourner chez elle. C’est ainsi que j’ai cédé à sa requête, pour ne pas l’irriter. En réalité, elle ne voulait plus parler à personne, parce que sentait-elle peut être sa mort. Car, arrivée chez elle, elle n’a plus parlé à personne, jusqu’à ce que la mort l’emporte le samedi 27 août 2016, entre 17 et 18 heures », a expliqué ce fils, la mort dans l’âme.

Des mois de dialyse payés d’avance

A l’en croire, il a payé des mois d’avance pour les soins de sa mère pour ne pas que l’on dise que sa mère est décédée par manque de soins ou d’argent. Et ce, soutient-il, jusqu’au mois de septembre 2016. Il dit avoir fait cela, car des personnes ont refusé de lui apporter leur aide à un moment donné de la maladie de sa mère. « Je continue de payer les factures de ses soins et la dernière remonte à ce matin », a-t-il dit, en nous montrant une facture de 150.000 FCFA, payée le lundi 29 août 2016 à 11 heures.

ROK

Source : educarrière.ci

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• TIC- l’ivoirienne Raissa Banhoro remporte le prix de l’innovation RFI

• Littérature – En marge du Prix Ivoire 2017, Akwaba culture lance le Prix littéraire Horizon.

• Côte d’Ivoire / La jeunesse pour la création de plus d’opportunités d’emplois (Recommandations)

• A propos du numérique, Sidi Tiémoko Touré : « La démarche du gouvernement est d’encourager le développement de nouveaux métiers »

• Autonomisation des jeunes: une association de jeunesse sollicite le ministre Sidi Tiémoko Touré

• La 2ème édition d’Africa Cyber Security Conference ouverte à Abidjan

• TIC-Sécurité: l’Afrique se trouve en bonne position pour utiliser la cybersécurité (Mme Katherine Brucker)

• Archibat 2017- Voir les choses en grand

• La 7e rencontre internationale des Professionnels du Protocole et de l’Event management du réseau IPPRB s’ouvre à Abidjan

• Côte d’Ivoire: Emploi Jeunes, 200 jeunes à former aux métiers du bâtiment à Bouaké




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *