etudiants incaceré

Depuis la Maca, un des 40 étudiants incarcérés rompt le silence : « Nous souffrons de diarrhée et de démangeaisons

| Laissez un commentaire

Il a décidé de rompre le silence pour dépeoindre les conditions de leurs arrestations et décrire leurs conditions de détentions à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan. Lui, c’est l’un des étudiants écroués suite aux manifestations violentes qui ont opposé la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci) à des policiers, il y a queques semaines, à Abidjan Cocody. Pour sa sécurité, il garde l’anonymat, mais fait d’importantes révélations.

Pouvez-vous expliquer dans quelle circonstance est-ce que vous avez été arrêtés ?

Certains d’entre nous avons été arrêtés au sein de la cité, d’autre au restaurant et même en dehors de la cité Mermoz, parce qu’ils revenaient des cours en médecine et portaient la blouse blanche. Pourtant les manifestations avaient lieu loin de ce cadre.

Dans quelles conditions êtes-vous détenus ?

Nous sommes détenus dans des conditions exécrables. Nous sommes 37 dans la même cellule. Une cellule exiguë dans laquelle nous sommes entassés et où nous dormons à même le sol.

Avez-vous reçu la visite des autorités ?

Nous avons reçu la visite de la Commission nationale des droits de l’Homme (Cndhci) et celle de l’Observatoire nationale des droits de l’Homme (Ondh). Les conditions nutritionnelles sont très mauvaises et depuis trois jours, nombre d’entre nous sommes souffrons de démangeaisons et de diarrhée.

Recevez-vous les visites de vos proches ?

Nous recevons rarement des visites, parce que nos parents sont obligés de payer pour nous voir. Nous en avons fait part au régisseur qui a promis se pencher sur cette situation.

Le parquet vous a-t-il fait part des charges retenues contre vous et fixer la date de votre éventuel procès ?

Nous sommes accusés de troubles à l’ordre public, coups et blessures volontaires contre les agents de police.

Reconnaissez-vous ces faits ?

Bien sûr que non, puisque nous n’avons pas pris part aux manifestations.

Quelle est la date de votre procès ?

Nous sommes au nombre de 40 dont 37 garçons et 3 filles. Jusqu’à présent seulement 28 d’entre nous ont été entendu par le parquet. Nous ne sommes donc pas encore situés sur la date de notre jugement.

Qu’est-ce qui est reproché aux 3 filles ?

Ils leurs est reprochés d’avoir filmé la manifestation et de l’avoir posté sur les réseaux sociaux.

Propos recueillis par F.D.BONY

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• Côte d’Ivoire/ L’école de nouveau paralysée à Séguéla

• Côte d’Ivoire / 17 cas de grossesse enregistrés au premier trimestre au lycée moderne de Bocanda

• Côte d’Ivoire / Deux logements remis aux enseignants à Madinani

• Côte d’Ivoire / 140 jugements supplétifs établis par le SAARA en 2017

• Côte d’Ivoire/ 200 kits de dispositif de lavage de main à des restauratrices et aux directeurs d’écoles de Soubré

• Education Nationale : Le Ministre Adama Koné offre 500 tables-bancs et des ordinateurs aux lycées de kabadougou (Odienné)

• Autonomie des femmes- Quatre formations lancées par la Chaire Unesco Eau, Femmes et Pouvoirs de Décisions

• 3ième Edition de la Journée Promotionnelle du Genre ( JPG 2017) : l’employabilité des filles dans les filières industrielles au coeur des débats

• Cote d’Ivoire/ Le 60e anniversaire du collège moderne d’Abengourou célébré

• Création d’emploi jeunes: les opérateurs dénoncent les failles




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *