Fonction publique ivoirienne- Échauffement avant la paralysie des services

Fonction publique ivoirienne- Échauffement avant la paralysie des services

176 vues | Laissez un commentaire

50 syndicats du secteur public ivoirien annoncent une grève pour les 8, 9 et 10 novembre 2016.  A l’école primaire, les instituteurs en débrayage  contre les cours du mercredi depuis l’ouverture des classes en septembre, menacent d’aller jusqu’à une grève générale dès fin octobre.

Le référendum du 30 octobre 2016 sur le projet de Constitution et l’élection législative  cristallisent les débats en Côte d’Ivoire. Dans le même temps, le front social se tend. 50 syndicats  du public annoncent  une  grève pour les 8, 9 et 10 novembre 2016.  Ces syndicats réunis au sein de la  Plateforme nationale de la Fonction publique, sont issus des familles d’emplois de la Santé, des Eaux et Forêts, du secteur Education /Formation, du Trésor, des  Impôts, de la Douane etc. Au nombre des revendications, la question de la retraite et celle de la liberté syndicale. Ils  exigent, entre autres,  « le retrait de l’ordonnance 2012 sur la pension de retraite, le paiement du stock des arriérés, le respect des libertés syndicales et l’intégration des agents journaliers du secteur public à la Fonction publique ».
Joint par Politikafrique.info, Théodore Zadi Gnagna, président de la Plateforme nationale de la Fonction publique, explique ses griefs.
« Nous sommes contre l’ordonnance de 2012 qui remplace la loi de 1962, dans la forme, mais aussi dans le fond.  Avant 2012, le retraité percevait 60% du dernier salaire et bénéficiait de la majoration de la famille nombreuse. Avec l’ordonnance, on ne prend plus en compte les enfants dans le calcul. On constate également une réduction du taux  de calcul. Ce qui fait un manque à gagner énorme, de 100 à 500 mille F CFA  selon le grade », s’indigne-t-il. Au sujet de la liberté syndicale,  Gnagna Zadi veut le retour des précomptes à la source.  Il exige également le respect de la liberté d’expression des syndicalistes. «  Nous faisons allusion à la mutation des syndicalistes qui expriment leur opposition à une décision du gouvernement. C’est un recul démocratique », dénonce-t-il.

Comme les 50 syndicats de la plateforme, certains syndicats du primaire réclament le retrait de l’ordonnance portant réforme des pensions de retraite gérées par la CGRAE. Ils veulent aussi le respect des libertés syndicales.
Ce dernier regroupement auquel appartient le Mouvement des Instituteurs pour la Défense de leurs Droits (MIDD) exige, par ailleurs, « le retrait pur et simple de l’arrêté instituant le mercredi comme jour ouvrable. Le paiement de la totalité des arriérés liés à l’indemnité de logement et la bonification indiciaire.  Le règlement définitif de la question des instituteurs adjoints.»
Ils demandent  au gouvernement la satisfaction de leurs revendications au plus tard la fin du mois d’octobre, sinon, ils menacent  d’ « un arrêt total de travail. »

De son côté, Abinan Kouakou Pascal,  ministre ivoirien de la Fonction Publique, réitère la fermeté de l’Etat au sujet des cours du mercredi. Il en est de même pour Kandia Camara, ministre de l’Education nNationale. Cette dernière procède au remplacement des directeurs d’écoles réfractaires à la mesure instituant les cours la demi-journée du mercredi.   Pour ce qui est des précomptes syndicaux, le ministre Abinan Kouakou Pascal  a informé de ce qu’ « il n’est plus question de faire de prélèvement supplémentaire sur le salaire des fonctionnaires », apprend-t-on de source syndicale. En ce qui concerne le stock des arriérés  (50% de la bonification indiciaire de 2009 à 2013 et 25% en 2014),  la position du gouvernement ivoirien évolue. Si au départ, la tendance était à annuler la dette, depuis le 13  octobre 2016, le gouvernement dit « étudier » la question. Pour l’heure l’ordonnance de 2012 au sujet de la retraite n’est pas remise en cause par l’Etat ivoirien.
Il est urgent que les autorités et les syndicats discutent à nouveau pour apaiser le climat social.

Source: Rédaction politikafrique

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• Athlétisme : avant son retour en Côte d’Ivoire / Le message de Ta Lou aux institutions

• Enseignement Technique et Formation Professionnelle : de grands changements annoncés pour la rentrée prochaine

• Lutte contre le travail des enfants / Les inspecteurs du travail renforcent leurs capacités

• Affectation en 6ème : Problème au niveau des demandes de réclamation

• Côte d’Ivoire / Le début des préinscriptions des nouveaux bacheliers fixé au 21 août

• Signature de trêve sociale – les syndicats, «c’est une issue heureuse, moins mauvaise pour tous, Gon Coulibaly, « Un non-respect implique une rupture tacite »  

• Nouveaux bacheliers, la date des préinscriptions connue

• 4ème édition du Prix Alassane Ouattara du jeune entrepreneur émergent: 210 millions de FCFA pour booster la création d’emplois et lutter contre le chômage

•  Réhabilitation des cités universitaires – sur pression de la FESCI, un comité de réflexion annoncé

• 8ème édition SAFIE : Les enfants sensibilisés à une bonne utilisation des TIC




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *