Fonction publique ivoirienne- Échauffement avant la paralysie des services

Fonction publique ivoirienne- Échauffement avant la paralysie des services

202 vues | Laissez un commentaire

50 syndicats du secteur public ivoirien annoncent une grève pour les 8, 9 et 10 novembre 2016.  A l’école primaire, les instituteurs en débrayage  contre les cours du mercredi depuis l’ouverture des classes en septembre, menacent d’aller jusqu’à une grève générale dès fin octobre.

Le référendum du 30 octobre 2016 sur le projet de Constitution et l’élection législative  cristallisent les débats en Côte d’Ivoire. Dans le même temps, le front social se tend. 50 syndicats  du public annoncent  une  grève pour les 8, 9 et 10 novembre 2016.  Ces syndicats réunis au sein de la  Plateforme nationale de la Fonction publique, sont issus des familles d’emplois de la Santé, des Eaux et Forêts, du secteur Education /Formation, du Trésor, des  Impôts, de la Douane etc. Au nombre des revendications, la question de la retraite et celle de la liberté syndicale. Ils  exigent, entre autres,  « le retrait de l’ordonnance 2012 sur la pension de retraite, le paiement du stock des arriérés, le respect des libertés syndicales et l’intégration des agents journaliers du secteur public à la Fonction publique ».
Joint par Politikafrique.info, Théodore Zadi Gnagna, président de la Plateforme nationale de la Fonction publique, explique ses griefs.
« Nous sommes contre l’ordonnance de 2012 qui remplace la loi de 1962, dans la forme, mais aussi dans le fond.  Avant 2012, le retraité percevait 60% du dernier salaire et bénéficiait de la majoration de la famille nombreuse. Avec l’ordonnance, on ne prend plus en compte les enfants dans le calcul. On constate également une réduction du taux  de calcul. Ce qui fait un manque à gagner énorme, de 100 à 500 mille F CFA  selon le grade », s’indigne-t-il. Au sujet de la liberté syndicale,  Gnagna Zadi veut le retour des précomptes à la source.  Il exige également le respect de la liberté d’expression des syndicalistes. «  Nous faisons allusion à la mutation des syndicalistes qui expriment leur opposition à une décision du gouvernement. C’est un recul démocratique », dénonce-t-il.

Comme les 50 syndicats de la plateforme, certains syndicats du primaire réclament le retrait de l’ordonnance portant réforme des pensions de retraite gérées par la CGRAE. Ils veulent aussi le respect des libertés syndicales.
Ce dernier regroupement auquel appartient le Mouvement des Instituteurs pour la Défense de leurs Droits (MIDD) exige, par ailleurs, « le retrait pur et simple de l’arrêté instituant le mercredi comme jour ouvrable. Le paiement de la totalité des arriérés liés à l’indemnité de logement et la bonification indiciaire.  Le règlement définitif de la question des instituteurs adjoints.»
Ils demandent  au gouvernement la satisfaction de leurs revendications au plus tard la fin du mois d’octobre, sinon, ils menacent  d’ « un arrêt total de travail. »

De son côté, Abinan Kouakou Pascal,  ministre ivoirien de la Fonction Publique, réitère la fermeté de l’Etat au sujet des cours du mercredi. Il en est de même pour Kandia Camara, ministre de l’Education nNationale. Cette dernière procède au remplacement des directeurs d’écoles réfractaires à la mesure instituant les cours la demi-journée du mercredi.   Pour ce qui est des précomptes syndicaux, le ministre Abinan Kouakou Pascal  a informé de ce qu’ « il n’est plus question de faire de prélèvement supplémentaire sur le salaire des fonctionnaires », apprend-t-on de source syndicale. En ce qui concerne le stock des arriérés  (50% de la bonification indiciaire de 2009 à 2013 et 25% en 2014),  la position du gouvernement ivoirien évolue. Si au départ, la tendance était à annuler la dette, depuis le 13  octobre 2016, le gouvernement dit « étudier » la question. Pour l’heure l’ordonnance de 2012 au sujet de la retraite n’est pas remise en cause par l’Etat ivoirien.
Il est urgent que les autorités et les syndicats discutent à nouveau pour apaiser le climat social.

Source: Rédaction politikafrique

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• TIC- l’ivoirienne Raissa Banhoro remporte le prix de l’innovation RFI

• Littérature – En marge du Prix Ivoire 2017, Akwaba culture lance le Prix littéraire Horizon.

• Côte d’Ivoire / La jeunesse pour la création de plus d’opportunités d’emplois (Recommandations)

• A propos du numérique, Sidi Tiémoko Touré : « La démarche du gouvernement est d’encourager le développement de nouveaux métiers »

• Autonomisation des jeunes: une association de jeunesse sollicite le ministre Sidi Tiémoko Touré

• La 2ème édition d’Africa Cyber Security Conference ouverte à Abidjan

• TIC-Sécurité: l’Afrique se trouve en bonne position pour utiliser la cybersécurité (Mme Katherine Brucker)

• Archibat 2017- Voir les choses en grand

• La 7e rencontre internationale des Professionnels du Protocole et de l’Event management du réseau IPPRB s’ouvre à Abidjan

• Côte d’Ivoire: Emploi Jeunes, 200 jeunes à former aux métiers du bâtiment à Bouaké




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *