librevillegabon

Gabon / CAN 2017: de l’emploi pour les jeunes !

| Laissez un commentaire

La Coupe d’Afrique des nations de football (Can Total 2017) débute ce 14 janvier au Gabon où, notamment à Libreville, l’événement offre des opportunités d’emploi variées pour les jeunes particulièrement dans les domaines de la restauration, du transport et de l’évènementiel.
Plus que quelques jours et les hostilités de la 31e Coupe d’Afrique des nations (Can Total 2017) seront officiellement ouvertes. Au-delà du festif et de la passion du football, la Can offre diverses opportunités socio-économiques. C’est d’ailleurs pourquoi les autorités gabonaises comptent sur cette compétition pour souder les liens sociaux disloqués depuis la dernière présidentielle et donner par la même occasion un coup de pouce à l’économie nationale mal en point, du fait de l’effondrement des cours du baril de pétrole. L’effectivité de cette assurance, loin de l’aspect social, se traduit par des opportunités d’affaires pour bon nombre de gabonais en partie les jeunes, les plus exposés au chômage.

Grâce à cette compétition en effet, des jeunes gabonais techniciens ou titulaires d’un métier dans les secteurs de la restauration ou encore des transports se réjouissent de l’organisation de cette compétition. Après un long temps sans emploi ils bénéficient enfin d’une activité quoique temporaire. Stephen, jeune gabonais, titulaire d’un permis de conduire, chauffeur de formation figure parmi les jeunes qui vont profiter de l’organisation de la Can. En effet, il, comme bien d’autre, est chargé de transporter au quotidien des éléments de la Confédération Africain de football (Caf), séjournant au Gabon jusqu’à la fin de la compétition. Si Stephan ne sait pas à combien s’élèvera son salaire une fois la compétition terminée, il se réjouit tout de même de cette opportunité. « Ce petit business bien que pendant quelques semaine est bénéfique pour moi contrairement à d’autres qui n’ont rien. Cela pourrait énormément m’aider », estime-t-il.

Le même schéma, les mêmes opportunités se dressent aussi pour des jeunes qui en ont fait de la restauration leur activité professionnelle de base. God Moukala, lui également jeune gabonais au chômage depuis des mois, la trentaine révolue, devrait mettre à profit ses compétences dans quelques jours. Ce dernier n’est pas à sa première expérience. Déjà, en 2012, pour des services d’une semaine, le jeune homme avait empoché la somme de 350 000 francs CFA. Une aubaine selon lui. Si pour certains, l’organisation de cet évènement après les tensions socio-politiques qui ont suivi la proclamation de l’élection présidentielle d’août 2016 n’a pas lieu d’être, pour d’autres elle est la bienvenue en raison des gains qu’elle procure.

Source:aLibreville

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• Création d’emploi jeunes: les opérateurs dénoncent les failles

• Côte d’Ivoire: Yopougon, une machine de production arrache le bras d’un travailleur

• La profession comptable connaît des ‘’avancées notables’’ en Côte d’Ivoire

• Un hélicoptère s’écrase à Abidjan faisant quatre blessés

• Gestion du foncier rural: La CNDHCI forme ses commissaires régionaux

• Secteur Privé- Renforcement des capacités de plus de 7000 entreprises africaines et francophones

• Côte d’Ivoire/ Education : les cours ont repris à Séguéla

• TIC/La Digitalisation à la loupe

• Sénégal-Côte d’Ivoire: Une plainte déposée contre Dj Arafat, l’artiste accusé d’avoir fait perdre 20 millions de Fcfa à ses promoteurs

• Affaire séisme à Divo: Le directeur du laboratoire de la station géophysique de Lamto explique




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *