HOUPHOUETISME A REBOURS

HOUPHOUETISME A REBOURS

| Laissez un commentaire

Et dire que dans ce pays, que dis-je, à la tête de ce pays l’on trouve des acteurs politiques qui revendiquent l’héritage de l’éducateur le plus charismatique de ce pays, feu, Félix Houphouët-Boigny.
Ce mercredi 20 juillet 2016 la RTI dans l’exercice de son mandat visuel à l’occasion de la station du 20 heures, m’a donné à voir une Dame dévouée qui faisait la démonstration de sa capacité à prendre faits et causes pour ces valeureux protégés que sont nos étudiants du publics, présentés heureusement comme la relève de demain et non, la relève des jours suivants.

Le visage inondé par une promesse de larmes qui attendaient la fin du reportage pour perler à volonté, cette dame en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique a annoncé entre autre chose, que les étudiants, fervents acteurs et amateurs du syndicalisme-épisodique et épidermique, pouvaient être fiers d’eux, car le gouvernement au grand complet avec à sa tête le Chef de l’Etat, venaient d’admettre après négociations, que les athlètes issus des jeunesses mondiales de la sphère francophone, ne pouvaient pas jouir de l’honneur de leur chiper momentanément, même le temps d’une compétition éminemment sportive, leurs propriétés que sont les chambres réhabilitées des cités universitaires.

Moi qui suis un adepte des chaînes étrangères à cause de la qualité des émissions de débats et du riche vivier des débatteurs, j’avoue qu’une fois de plus, j’étais à me demander si cette chaîne publique mérite encore la redevance télé que l’on m’impute tous les deux mois.
Lorsqu’un Etat comme le nôtre parce qu’échaudé, se plie à la volonté d’un syndicat fut-ce-t-il représentatif de la réalité sociologique des étudiants du public, je me demande qu’elle est l’image que nos gouvernants veulent bien promouvoir de la jeunesse ivoirienne sur la scène internationale? Celle d’une jeunesse égoïste, égocentrique, émasculée de toutes les valeurs qui font la fierté d’un Etat ?

Ramenons le débat à un niveau domestique, du haut de mon devoir de transmission de valeurs sociétales duquel je suis jaloux, je ne céderai pas aux caprices inopportunes de mes enfants qui seraient opposés parce que deux enfants du même âge en provenance de familles autres, viendraient à ma demande, passer une semaine de vacances chez nous, je les enverrai paître ! Car mon autorité, s’il y a autorité, c’est dans le cadre strict de ma maisonnée qu’elle doit trouver le meilleur cadre de son expressivité. Si un syndicat estudiantin peut obtenir le recul de l’Etat dans un dossier comme celui-là, au-delà du fait syndical, l’Etat doit convenir que sa frange incarnée par cette jeunesse-là, traîne des lacunes qu’il urge de combler.

Parce qu’en réalité les acteurs de ce syndicat montrent aux yeux du monde entier, qu’ils sont les seuls et vrais maîtres du jeu. Si tel est le cas, il faut se résoudre en attendant l’acheminement du lot complet des attributs propre à leur « pouvoir », leur concéder hic et nunc, la gestion du CNOU !

L’émergence au-delà de la littérature qui permet de la reconnaitre, implique aussi la compétition des valeurs morales observables dans le comportement de nos jeunesses respectives. Clamer et proclamer à qui veut l’entendre que l’on veut émerger la tête en position de fanion, nécessite une autre approche. Car vouloir une chose et son contraire, c’est faire la démonstration qu’on n’y croit plus soi-même. Car une relève qui est incapable de s’élever pour comprendre les enjeux d’un positionnement international, et qui privilégie à outrance la politique du nombrilisme, convainc par son inaptitude factuelle à prendre et à transmettre le fanion.

Croire presque naïvement que l’on s’assure une tranquillité de manifestation en concédant l’inconcédable, n’est autre chose qu’ouvrir les enchères du chantage politico-syndical. Rappelons aux néo-Houphouëtistes que : l’Hospitalité pour la Paix a valeur de Jésus pour le Christianisme !

Au fait comment se traduit ou du moins, comment s’opère sur le terrain le projet national de la modélisation de l’ivoirien nouveau qui, selon le Premier Ministre KABLAN DUNCAN serait : «d’œuvrer pour un changement des mentalités, de promouvoir l’esprit civique et de cultiver des valeurs comme l’excellence, l’intégrité, le sens de la responsabilité, l’assiduité, la ponctualité, etc. c’est une exigence pour assurer  la pérennité de nos acquis ». Belle définition mais qu’en est-il de l’écho ! ? Si donc la vie des syndicats estudiantins en milieu du public est suspendue par la prise d’un décret, l’Etat va-t-il retrouver du même coup ses privilèges, tous ces privilèges ? Parce que comme le disait Mme de Sévigné : « faute de combattants le combat finit » !

Source: politikafrique.info

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• Côte d’Ivoire: Yopougon, une machine de production arrache le bras d’un travailleur

• La profession comptable connaît des ‘’avancées notables’’ en Côte d’Ivoire

• Un hélicoptère s’écrase à Abidjan faisant quatre blessés

• Gestion du foncier rural: La CNDHCI forme ses commissaires régionaux

• Secteur Privé- Renforcement des capacités de plus de 7000 entreprises africaines et francophones

• Côte d’Ivoire/ Education : les cours ont repris à Séguéla

• TIC/La Digitalisation à la loupe

• Sénégal-Côte d’Ivoire: Une plainte déposée contre Dj Arafat, l’artiste accusé d’avoir fait perdre 20 millions de Fcfa à ses promoteurs

• Affaire séisme à Divo: Le directeur du laboratoire de la station géophysique de Lamto explique

• Ligue Ivoirienne des Secrétaires de Côte d’Ivoire: La nouvelle équipe investit




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *