Le bac en poche, place à l’orientation au supérieur

Le bac en poche, place à l’orientation au supérieur

| Laissez un commentaire

Les résultats du baccalauréat ivoirien session 2016 sont connus ce 29 juillet. Malgré la joie de la réussite, des nouveaux bacheliers pensent déjà à leur avenir. Politikafrique.info les a rencontrés.

Sissoko Moussa a 16 ans. Il a obtenu le baccalauréat de la série littéraire, A2.  Accompagné de sa mère, il s’exprime: « Mon sentiment est inexplicable. Je n’ai pas encore vu ma mention, mais, j’ai entendu mon nom. Après le bac, j’aimerais suivre les études supérieur et obtenir un doctorat en Anglais ».

Comme Sissoko  Moussa, certains nouveaux bacheliers de Côte d’Ivoire ont leurs petites idées. Du moins, pour ce qui est des impétrants rencontrés ce 29 juillet 2016, au Lycée Moderne Djédjé Amondji, d’Adjamé, dans la capitale ivoirienne.  Axelle tient sa collante en mains. Toute émue, elle s’amuse à faire des selfies avec ses camarades. «  Je suis contente, j’ai obtenu la mention Abien. Bien vrai que j’ai composé en candidate libre, je ferais l’université dans une grande école de management. » Coulibaly Noël, pour sa part, veut s’inscrire au département d’Anglais, à l’Université. «  Je suis satisfait de mon travail. J’ai dû batailler durant toute l’année. J’ai même veillé et aujourd’hui, cela paye. Avec ma mention assez bien, je sais que je suis bon en Anglais. J’aimerais aller étudier l’anglais à l’Université ».

A la différence des premiers intervenants, Bah Fatoumata ne sait où s’orienter. Le Bac elle l’a cherché et elle l’a trouvé. Mais  elle est encore désorientée pour l’après  bac. Cette attitude ne concerne pas que Bah Fatoumata. «  La plupart des candidats sont occupés durant l’année  à obtenir le bac. L’après-bac  devient une préoccupation lorsque le moment de s’inscrire  à l’Université arrive.  Généralement, ils ne savent pas encore  la formation adéquate à leurs compétences  », affirme  Kouassi Jean François, membre du staff organisateur d’un Salon de l’orientation prévu  à Abidjan du 03 au 05 Août 2016. « Certains portent leur attention sur un métier et choisissent une formation  qui n’aboutit pas à leur choix de métier. Au salon de l’orientation, nous  aidons les nouveaux admis au bac à mieux se connaître et à faire des choix judicieux par le biais des conseillers en orientations et des psychologues », promet-il.

L’inadéquation formation-emploi est pointée du doigt dans le chômage des jeunes en Côte d’Ivoire. Une politique de l’adéquation formation-emploi est amorcée dans le pays depuis 2009. Sous la houlette des ministères de l’Emploi et de la Formation professionnelle, des fiches métiers ont été dressés pour aider les jeunes dans leur choix. Le pays enregistre un taux d’admis de 42, 38%  au baccalauréat 2016 contre 39,66% en 2015.

 Moïse Achiro

 

Source:politikafrique.info

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• Création d’emploi jeunes: les opérateurs dénoncent les failles

• Côte d’Ivoire: Yopougon, une machine de production arrache le bras d’un travailleur

• La profession comptable connaît des ‘’avancées notables’’ en Côte d’Ivoire

• Un hélicoptère s’écrase à Abidjan faisant quatre blessés

• Gestion du foncier rural: La CNDHCI forme ses commissaires régionaux

• Secteur Privé- Renforcement des capacités de plus de 7000 entreprises africaines et francophones

• Côte d’Ivoire/ Education : les cours ont repris à Séguéla

• TIC/La Digitalisation à la loupe

• Sénégal-Côte d’Ivoire: Une plainte déposée contre Dj Arafat, l’artiste accusé d’avoir fait perdre 20 millions de Fcfa à ses promoteurs

• Affaire séisme à Divo: Le directeur du laboratoire de la station géophysique de Lamto explique




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *