alisar

LETTRE OUVERTE A UNE CHRONIQUEUSE DE PACOTILLE

455 vues | Laissez un commentaire

Très chère Alisar Zena,

j’ai écouté ce mardi 1 novembre 2016, votre chronique sur le plateau de l’émission C’MIDI. J’ai été particulièrement attiré par votre opinion sur la question du choix controversé de notre monument Asalfo en tant que juré de l’émission THE VOICE. J’avoue que j’ai eu terriblement honte du traitement approximatif que vous avez fait d’un sujet si délicat. Pire, j’ai eu honte devant votre carence culturelle et intellectuelle. Sans jalousie aucune, je puis dire que vous ne méritez pas cette place de chroniqueuse dans cette émission qui fait(ou faisait) la fierté des téléspectateurs ivoiriens. En fait, vous n’avez pas du tout le niveau. Et si vous aviez un peu le sens de l’honneur, vous auriez démissionné tout de suite.

Car, il est inacceptable qu’une personne de votre niveau de raisonnement continue de nous être imposée sur la chaîne publique. Qui plus est, une chaîne regardée à l’international.
En vous écoutant aujourd’hui et une fois de trop, j’ai compris que vos détracteurs ne sont en rien des jaloux, mais plutôt des personnes lucides et puristes qui veulent le meilleur sur ce plateau.
En fait, vos chroniques sont un ramassis de rumeurs insipides que vous collectez sur le réseaux sociaux sans prendre la peine de les tamiser avant de nous les servir. C’est insultant!
Pour ce qui concerne l’affaire Asalfo, mon ami Mamadou Poulô Bah Bahah, avait trouvé des arguments plus intelligents que les vôtre pour me convaincre.

Par ailleurs, vous n’êtes pas sur le plateau de l’émission pour faire la belle (même si cela est votre métier favoris). Sinon, vous pouvez toujours participer à un concours de beauté afin de mettre en évidence votre corps érotique et votre look d’enfer (au sens propre)…

Pour finir, je voudrais dire au producteur de l’émission C’MIDI (Joseph Andjou) de mettre plus de sérieux dans son affaire. J’ai personnellement aimé et salué cette émission car je la voyait copier sur l’émission célébrissime LE GRAND JOURNAL de CANAL+ que j’adore à cause de la qualité du travail des chroniqueurs (tel Augustin Trapnard). Aussi l’ai-je défendu dès les premiers épisodes face aux détracteurs quand bien même je reconnaissais quelques imperfections que je mettais sur le compte de l’inexpérience. Mais les saisons passent et rien ne s’améliore. Vous voulez faire de l’amateurisme une identité. Car même Caroline Da Silva ne travaille toujours pas ses introductions. Elle se jette dans l’émission comme dans une causerie de quartier. Les invités ne sont pas brieffés avant de venir sur le plateau. Si bien que les débats vont dans tous les sens. Etc…

Bref, cette émission a du potentiel. Mais nous sommes encore sur notre faim.
Vous vous demandez peut être pourquoi nous parlons de vous? Et bien parce que vous travaillez sur la chaîne publique et que nos redevances RTI servent à vous payer. Alors nous avons le droit d’être exigeants.

Bien cordialement !

Source:Facebook/‎Said Z.Coulibaly

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• Athlétisme : avant son retour en Côte d’Ivoire / Le message de Ta Lou aux institutions

• Enseignement Technique et Formation Professionnelle : de grands changements annoncés pour la rentrée prochaine

• Lutte contre le travail des enfants / Les inspecteurs du travail renforcent leurs capacités

• Affectation en 6ème : Problème au niveau des demandes de réclamation

• Côte d’Ivoire / Le début des préinscriptions des nouveaux bacheliers fixé au 21 août

• Signature de trêve sociale – les syndicats, «c’est une issue heureuse, moins mauvaise pour tous, Gon Coulibaly, « Un non-respect implique une rupture tacite »  

• Nouveaux bacheliers, la date des préinscriptions connue

• 4ème édition du Prix Alassane Ouattara du jeune entrepreneur émergent: 210 millions de FCFA pour booster la création d’emplois et lutter contre le chômage

•  Réhabilitation des cités universitaires – sur pression de la FESCI, un comité de réflexion annoncé

• Côte d’Ivoire: un député concède 10% de son salaire aux économiquement faibles




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *