sida

Lutte contre le SIDA- Plaidoyer des enfants séropositifs et sensibilisation avec « c’est la vie »

| Laissez un commentaire

Téléfilm diffusé sur des chaînes de télévision de la sous-région, le téléfilm « C’est la vie » concourt à sensibiliser sur le dividende démographique, les questions de santé maternelle et infantile, de droits à la santé sexuelle et reproductive. Dans le cadre de la 19e Conférence internationale sur le SIDA qui se tient du 4 au 9 décembre à Abidjan, l’institut français a servi de cadre à sa projection et un échange avec des jeunes séropositifs ce lundi 4 décembre. Une initiative de l’UNFPA et le fonds français Muskoka.

Pour le Dr Philippe Selati, Directeur de recherches à l’IRD, « cela fait plaisir de voir la question du VIH-SIDA abordée » dans un contexte africain de grande culpabilisation et de stigmatisation des personnes infectées. Trois jeunes ont livré leurs témoignages de vie de séropositif, ayant en partage le statut d’orphelin. Ils ont raconté à une assistance venue nombreuse, leur état dès le bas-âge, le processus qui a abouti à l’information sur leur état et la réaction de leurs proches. Sagesse, l’un d’entre eux a indiqué que « c’est la mort que j’attendais ». « J’ai voulu me poignarder » a pour sa part indiqué Andréa qui a estimé que « nous avons un sérieux problème, les gens ne sont pas informés » a-t-elle dénoncé.

Elle a dénoncé la prise en charge à 40% lorsque le jeune séropositif passe à l’âge adulte. Sans moyens financiers, les jeunes sont à la charge des ONG qui ne peuvent subvenir à tous les besoins surtout de santé. Aussi, a-t-elle poussé ce cri de cœur à l’endroit de tous : « C’est vous nos parents, tous les projets de prise en charge s’arrêtent aux adolescents » a-t-elle soutenu.

On retient le manque de processus établi dans l’approche informationnelle de l’enfant séropositif. Pour cette dame appelée « la Mama », qui a dénoncé la stigmatisation, elle a évoqué la difficulté de communication et surtout la « surprotection » de l’enfant malade. Pour elle, c’est pour protéger l’enfant et lui éviter d’être fragile compte tenu de son état « particulier ». Pour Dr Aka, « lorsque les événements sont mieux préparés, l’annonce passe mieux » assure-t-elle. « L’approche préparative ou pré-annonce est importante » a expliqué Dr Aka. Il a été admis que « la prévention a beaucoup diminué ». Le réseau des jeunes leaders des Nations Unies pour la population et le développement qui travaille sur la santé sexuelle reproductive des jeunes adolescents en Afrique de l’Ouest et du Centre dont Lamine Tine, jeune sénégalais est membre, a assisté aux échanges.

C’est en soutien à ces initiatives locales que le feuilleton « C’est la vie » a été produit par Keewu production et l’ONG RAES, basées à Dakar. Dans un continent où « l’accès à l’information vitale est aujourd’hui difficile », quoiqu’un téléfilm distractif pour attirer l’attention de toutes les couches sociales sur des questions tabous entre parents et enfants. Le rôle du personnel de santé est aussi mis en relief dans l’encadrement et l’information des femmes et jeunes filles. La deuxième partie de ce feuilleton est actuellement diffusée sur TV5 Monde et des chaînes de télévision nationale comme la RTI.

pole Afrique

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• Côte d Ivoire / La FESCI invite les élèves à la discipline et au respect du calendrier des congés scolaires

• Côte d’Ivoire: Grève illimitée des enseignants dans la plus grande université publique du pays

• Ligue Ivoirienne des Secrétaires de Côte d’Ivoire: La nouvelle équipe investit

• Le HCR cherche des places d’accueil pour 1.300 réfugiés vulnérables en Libye (communiqué)

• Le FDFP décaisse plus de 140 millions de FCFA pour la formation des handicapés diplômés

• 2ème édition du Festival panafricain des différences d’Abidjan

• Yopougon, Colère des femmes contre le manque d’eau, la Sodeci s’active, l’eau ce jour

• Embellissement de la ville d’Abidjan : On peint des bâtiments en ruine

• Côte d’Ivoire / Fin, vendredi, des inscriptions aux examens scolaires 2018

• Côte d’Ivoire/ Une association s’engage à réparer 100 tables-bancs au lycée de Tengrela




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *