Lutte contre le travail Yamoussoukro

Lutte contre le travail des enfants dans la cacao-culture en Côte d’Ivoire, un atelier initié à Yamoussoukro

391 vues | Laissez un commentaire

Placé sous la présidence de Madame Dominique Ouattara, présidente du Comité National de Surveillance des actions de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants, la Fondation International Cocoa Initiative (ICI) a initié un atelier de renforcement des capacités des médias nationaux et internationaux autour du thème le rôle des médias dans la lutte contre le travail des enfants dans la cacaoculture à Yamoussoukro.

Définition des concepts clés liées aux pires formes du travail des enfants (PFTE), information sur le cadre institutionnel et normes réglementaires et juridiques de lutte contre les PFTE, les causes et conséquences du travail des enfants et les actions de lutte contre les PFTE sont entre autre les modules qui ont meublés cette première journée.

M. Frédéric Aka, responsable des formations de International Cocoa Initiative a dans sa présentation rappelé l’essence des PFTE. Selon lui, il y a 4 classes d’activités que lorsqu’elles sont réunies alors on parlera des PFTE. Il s’agit notamment de l’engagement ou du recrutement des enfants dans toutes les formes d’esclavage, le travail forcé, les conflits armés. Aussi il ne faut pas ignorer l’utilisation des enfants à des fins d’exploitations sexuelles; l’utilisation des enfants aux fins des activités illicites et le recrutement des enfants dans les travaux dangereux.
Poursuivant dans sa communication, M Frédéric Aka a indiqué qu’en Côte d’Ivoire 1424996 enfants âgés de 5 à 17 ans sont concernés par le travail à abolir dont 539177 soit 37, 8% impliqués dans un travail dangereux.

Pour mener à bien le rôle de cette structure qui lutte contre l’exploitation des enfants dans la cacao-culture, les responsables ont trouvé judicieux de donner des rudiments nécessaires à la presse pour que les hommes de médias soient imprégnés afin de mieux apprécier les situations sur cette question qui reste tout de même fondamentale. Les séminaristes composés de journalistes et qielques responsables de communication ont posé des préoccupations pertinentes qui ont amené parfois les experts à pousser leur réflexion pour une meilleure appréciation sur le sujet.

C’est dans une ambiance conviviale que formateurs et séminaristes se séparés pour continuer les travaux demain.
Rappelons qu’il faut lié l’âge et la dangerosité de l’activité que mène l’enfant pour définir le travail de l’enfant.

C. K.

Source : abidjan.net

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• La Fondation SIFCA offre deux cantines scolaires aux EPP de Péguékaha et de Fodiolokaha

• Éducation : des parents et aides familiaux formés à soutenir le développement de la petite enfance

• Près de 6 000 lits disponibles après la réhabilitation de 10 résidences universitaires (Ministre)

• Côte d’Ivoire/ Soutien des autorités politiques de Bocanda aux enfants d’un défunt correspondant de presse de Dimbokro

• Côte d’Ivoire/ Rentrée scolaire 2017-2018 : Près de 54 % de pré-inscrits à la direction régionale de Man

• Rentrée des classes 2017-2018 : l’Assemblée du Conseil des Marocains Résidents en Côte d’Ivoire offre des bons d’achats de fournitures scolaires à des parents d’élèves

• Côte d’Ivoire / Pas d’engouement pour les inscriptions au CP1 et à la maternelle à Dimbokro

• Colonie de vacances: Une vingtaine de colons venus de Treichville séjournent à Botro

• Lutte contre le travail des enfants / Les inspecteurs du travail renforcent leurs capacités

• 8ème édition SAFIE : Les enfants sensibilisés à une bonne utilisation des TIC




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *