Mont Péko: Rentrée scolaire, 300 écoliers à l’avenir incertain

Mont Péko: Rentrée scolaire, 300 écoliers à l’avenir incertain

286 vues | Laissez un commentaire

Le déguerpissement des clandestins de la forêt du Mont Péko, les 27 et 28 juillet dernier, a des conséquences sur la scolarité des enfants déguerpis, et l’école primaire d’Albertkro, fait face à des difficultés. 

Des écoliers ivoiriens et non ivoiriens courent le risque de ne pas pouvoir rejoindre le chemin de l’école. Pour cause, leurs parents, riverains et occupants illégaux de la forêt du parc du mont Péko sont depuis quelques jours sans abri.

Que deviendront les élèves des six classes d’Albertkro dès la rentrée des classes en Côte d’Ivoire ? Cette école primaire située dans ce village riverain du parc du Mont Peko, a été emportée par le déguerpissement du 28 juillet 2016. Le Mont Péko est situé dans le département de Duékoué (500 Km d’Abidjan), dans l’Ouest ivoirien. Notre contact à la Direction régionale de l’éducation nationale (DREN) de Duékoué explique que la question est délicate. « Vu que nous sommes en période de vacances, on ne peut pas facilement prévoir une alternative. Toutefois, nous sommes en contact avec des structures locales qui ont pu identifier les lieux d’accueil des enfants. Il faut aussi compter avec le mouvement des familles. Seront-elles sur place jusqu’à la rentrée des classes ? Ces questions nous préoccupent », indique l’interlocuteur. Selon ce dernier, environ 300 enfants sont concernés par la situation.

Par ailleurs, le bureau régional de l’ONG Save the Children à Man (5852 Km d’Abidjan), toujours dans l’Ouest ivoirien, a entamé une mission de prospection dans la zone déguerpie pour s’enquérir de la situation des enfants. Famari Barro, directeur pays de Save the children interrogé le 16 juin 2016 par politkafrique.info, expliquait les actions de sa structure auprès du pouvoir public. « Nous accompagnons le gouvernement ivoirien pour améliorer la situation des enfants. Nous continuons cette œuvre afin qu’aucun enfant ne soit laissé pour compte. Les thématiques où nous intervenons concernent aussi les enfants avec un handicap et la scolarisation de la jeune fille».

En 2015, le parlement ivoirien a adopté une loi rendant obligatoire la scolarisation dans le pays. Aussi, est-il urgent qu’une solution idoine soit proposée pour ces centaines d’écoliers déguerpis, à un mois de la rentrée officielle des classes dans le pays.

Source: Politikafrique.info

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• Crise des frais d’inscription – D’anciens syndicalistes estudiantins condamnent la FESCI

• Une caravane de sensibilisation à l’autonomisation de la femme annoncée Odienné

• Des jeunes de Guiléhiri (Divo) primés par le ministère de la jeunesse

• Côte d’Ivoire: Université Alassane Ouattara,suspension des compositions depuis plusieurs mois, le directeur de cabinet se prononce et annonce un conseil extraordinaire d’université

• Côte d’Ivoire/ La chefferie de Bayota inquiète des conséquences du swollen shoot sur la rentrée scolaire

• Cérémonie d’ouverture du 49eme conseil international des directeurs des instituts pasteur ce jeudi 21 septembre 2017 à l’hôtel Tiama en présence de la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ,Prof Bakayoko-Ly Ramata

• Côte d’Ivoire / Démarrage d’un atelier sur les procédures de formation au BT à Yamoussoukro

• Côte d’Ivoire/ Les enseignants du Bounkani invités à éviter le racket dans les établissements

• Côte d’Ivoire/ Le préfet de Nassian rend hommage au DRENET du Bounkani

• Education nationale : le groupe Le Meridien fermé, hier




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *