mere enfant

Prise en charge de la jeunesse la plus vulnérable : L’UE et l’UNICEF s’engagent en Côte d’Ivoire

| Laissez un commentaire

Mme Fatoumata N’Diaye, directrice exécutive adjointe de l’Unicef a pris part, à Abidjan, le 20 octobre 2017, au lancement du projet « Consolidation de la paix et prise en charge de la jeunesse la plus vulnérable ». C’est la Fondation Amigo de Lokoua, un village communal de Yopougon qui a accueilli cette cérémonie de lancement.

Ce projet financé par l’Union Européenne, à hauteur de 2 milliards de Francs CFA, vise à réduire la vulnérabilité d’environ 4000 enfants et adolescents sur 18 mois. Il faut souligner que c’est la Fondation Amigo qui a été choisie pour commencer ce projet. Qui va s’étendre en plus d’Abidjan, à Guiglo, Man, Bouaké, Korhogo, Odienné et Bondoukou.

Cette Fondation développe dans son centre un projet d’initiation professionnelle en menuiserie, ferronnerie, élevage, agriculture et jardinage, en faveur des enfants, en plus d’un programme d’insertion professionnelle pour aboutir à l’autonomisation des apprenants. C’est ce qui explique le choix porté sur elle pour piloter le projet financé par l’Union Européenne.

Plus qu’un projet, dira Mme Fatoumata N’Diaye, il s’agit d’un partenariat entre l’Unicef, le gouvernement de Côte d’Ivoire et l’Union Européenne pour contribuer à réduire la vulnérabilité des jeunes. Poursuivant, elle a affirmé que les adolescents et les jeunes de 10 à 24 ans représentant 30 % de la population ivoirienne comptent parmi les groupes les plus vulnérables. « Ils sont confrontés à de nombreux défis dont l’éducation, la santé, la violence et l’accès aux services sociaux. De même que leurs réinsertion sociale, civique et professionnel », a-t-elle fait savoir.

Selon Jean François Valette, ambassadeur de l’Union Européenne en Côte d’Ivoire, ce projet en faveur de la jeunesse concentre les efforts de l’Ue. Et de préciser qu’il va permettre d’accompagner la jeunesse la plus vulnérable et surtout l’accompagner dans son processus de développement, d’insertion et de participation à la vie de la cité.

Quant au ministre Sidi, ministre de L’Emploi jeunes, de la Promotion de la jeunesse et du Sevice civique, il s’est réjoui du lancement du projet. Aussi a-t-il indiqué que le Centre Amigo est une école de la seconde. Ce projet, faut-il le noter, permettra la prise en charge, la resocialisation, la réinsertion professionnelle, le renforcement des capacités, la promotion de la culture de la paix, la prévention et la gestion des conflits identitaires.

fratmat.info

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• Côte d’Ivoire/ L’école de nouveau paralysée à Séguéla

• Côte d’Ivoire / L’UNICEF pour la protection des enfants dans un monde numérique

• Côte d’Ivoire / 17 cas de grossesse enregistrés au premier trimestre au lycée moderne de Bocanda

• Côte d’Ivoire / Deux logements remis aux enseignants à Madinani

• Côte d’Ivoire / 140 jugements supplétifs établis par le SAARA en 2017

• Côte d’Ivoire/ 200 kits de dispositif de lavage de main à des restauratrices et aux directeurs d’écoles de Soubré

• Education Nationale : Le Ministre Adama Koné offre 500 tables-bancs et des ordinateurs aux lycées de kabadougou (Odienné)

• Autonomie des femmes- Quatre formations lancées par la Chaire Unesco Eau, Femmes et Pouvoirs de Décisions

• 3ième Edition de la Journée Promotionnelle du Genre ( JPG 2017) : l’employabilité des filles dans les filières industrielles au coeur des débats

• Cote d’Ivoire/ Le 60e anniversaire du collège moderne d’Abengourou célébré




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *