http://planeteschool.com/rentree-scolaire-2016-2017-kandia-camara-donne-les-dernieres-directives/

Rentrée scolaire 2016-2017 : Kandia Camara donne les dernières directives

349 vues | Laissez un commentaire

Vive la rentrée scolaire 2016-2017 ! Cette expression peut se lire sur les visages des enfants et enseignants, heureux d’accueillir ce matin, la ministre de l’Education Nationale, Kandia Camara, à l’école primaire publique Emmanuel Dioulo, de la Cité Policière de la Commune du Plateau.

Avant de poursuivre sa tournée de rentrée scolaire, dans la commune d’Attécoubé, la ministre Kandia Camara est revenue sur la nécessité d’enseigner les élèves du primaire tous les jours de la semaine y compris les mercredis matin.
« La première raison de l’instauration des cours scolaires le mercredi et de revenir à un régime pédagogique de quatre jours et demi,  c’est que le temps d’apprentissage n’était pas suffisant pour la qualité et les résultats escomptés. La deuxième raison, c’est que la Côte d’Ivoire a décidé de s’aligner sur la norme mondiale en passant de 26 heures par semaine en 2011 à 30 heures de cours par semaine cette année au lieu de 34 heures selon l’Unesco ; nous y arriverons. Nous le faisons pour que la Côte d’Ivoire ait un système éducatif compétitif et des enfants aptes à être compétitifs partout dans le monde. Nous le faisons pour que nos résultats et nos diplômes soient crédibles et acceptés» a assuré Kandia Camara.
La Ministre Kandia Camara ne tourne pas autour du pot pour asséner sans faux fuyant ses vérités face à l’exigence de la revalorisation salariale brandie par certains enseignants du primaire.
« Les enseignants, sont payés pendant les 12 mois de l’année. Vous savez  que dans certains pays, quand on ne travaille pas on n’a pas de salaire. En Côte d’Ivoire, même quand ils sont en vacances, ils ont des salaires. Dans l’année, les enseignants ont maintenant 200 jours de repos pour lesquels ils sont payés et 165 jours de fonction durant lesquels, ils ont aussi leurs salaires » rappelle-t-elle avant de se satisfaire de l’effectivité de la rentrée des classes.

Le Secrétaire Général du Mouvement des Instituteurs pour la défense de leurs droits (MIDD), Comoé Mesmin, estime que « C’est la rentrée et, la reprise est  effective.  Seulement,  il y a beaucoup d’élèves qui manquent à l’appel consécutivement à la fête de la Tabaski qui n’est pas encore complètement terminée. Vous savez qu’en général, à l’occasion des grandes fêtes comme la Tabaski, les familles se rassemblent. Donc, le temps n’est pas suffisant pour les  parents et les enfants qui ont fêté loin en famille et ne sont pas encore revenus. Là, par contre, quand on doit déterminer les dates de calendrier scolaire, il faut tenir compte de toutes ces réalités et de tous ces facteurs.  Par ailleurs, pour les fonctionnaires, en plein milieu du mois, c’est toujours difficile. Il est vrai qu’on va prétexter que la rentrée se prépare dès le premier jour.  Mais, les réalités quotidiennes qu’on connaît dans ce pays font qu’en plein milieu du mois, il est souvent difficile pour quelques parents d’honorer les engagements essentiels. Et, quand vous programmez la rentrée au lendemain de la Tabaski, comprenez…  donc» relativise Mesmin Comoé.

Pour l’institutrice Loukouri Diane de l’école Emmanuel Dioulo, en 16 ans de métier en classe de CP1, les enseignants commencent le programme dès les premiers jours de la rentrée.
Pour son emploi du temps de la journée, la maîtresse a décidé de faire le préapprentissage, pour savoir le niveau de la  quinzaine d’enfants présents en salle. Elle explique.
« Le Préapprentissage en français, c’est le graphisme, l’écriture. On apprend à l’enfant à tenir une craie, puis on commence à faire les traits. Et, concernant les mathématiques, la leçon d’aujourd’hui, c’est de connaître la notion des prépositions sur/ sous par rapport à soi-même et à un objet » explique-t-elle.
Un jeune garçon, en tenue de maison arrivée à la porte, refuse d’entrer en classe. Son papa et la maîtresse Loukouri Diane essaient de le convaincre sans succès, à s’asseoir avec ses amis. Il est décidé à ne pas venir. Son père initialement venu vérifier l’effectivité de la reprise des cours dans les classes lui déclame que « quand ton uniforme sera prêt tu viendras de gré. »

« Il faut que vous veniez à temps, aux heures indiquées pour que les enfants aient l’envie eux-mêmes de revenir en classe, c’est méthodique », termine la maîtresse du Cp1 Loukouri Diane.

Moïse ACHIRO.

Source:Politikafrique.info

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• Côte d’Ivoire: Mariatou Koné lance l’ouverture de la rentrée académique 2017-2018 des Centres de protection de la petite enfance

• Calendrier scolaire 2017-2018

• Partenariat : signature d’un avenant à l’accord-cadre entre l’INP-HB et le CIRAD

• Visite de courtoisie de Madame le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique à l’INP-HB

• TIC- l’ivoirienne Raissa Banhoro remporte le prix de l’innovation RFI

• Littérature – En marge du Prix Ivoire 2017, Akwaba culture lance le Prix littéraire Horizon.

• Côte d’Ivoire / La jeunesse pour la création de plus d’opportunités d’emplois (Recommandations)

• Côte d’Ivoire/ Une ONG d’Agboville offre des kits scolaires à une centaine d’enfants démunis

• Éducation : Inauguration de la première bibliothèque du Groupe Magic System à Anoumabo

• Danané – Un incendie ravage le lycée moderne




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *