telegram

Réseaux sociaux : pourquoi Telegram pourrait séduire l’Afrique

| Laissez un commentaire

Créé en 2013 par les frères Durov, Telegram revendique aujourd’hui plus de 100 millions d’utilisateurs dans le monde. Si son usage est encore confidentiel en Afrique, cette discrétion pourrait ne pas durer. Décryptage d’une application… cryptée.

En lançant Telegram, Nikolai et Pavel Durov s’attendaient-ils à un succès planétaire ? Pas si sûr. Les deux frères avaient bien créé VKontakte, mais ce réseau social, assez similaire à Facebook, n’avait pas dépassé les frontières du monde russophone. Pourtant, après que celui-ci a été repris par des proches de Vladimir Poutine, les Durov ont bel et bien conquis le monde. Avec Telegram.

En octobre 2013, le service, basé à Berlin, en Allemagne, comptait 100 000 utilisateurs actifs. Le 24 mars 2014, Telegram annonçait 35 millions de fidèles mensuels et 15 millions  par jour. En décembre 2014, il annonçait avoir un million de nouveaux utilisateurs par semaine. Enfin, en septembre 2015, Telegram atteignait, officiellement, la barre des 12 milliards de messages par jour (il ne propose pas de service d’appels) et revendique aujourd’hui plus de 100 millions d’utilisateurs dans le monde !

Source : aip

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• TIC/La Digitalisation à la loupe

• Téléphonie mobile : INFINIX Côte d’Ivoire dévoile son portable ZERO 5

• Téléphonie: itel fête ses 10 ans avec le lancement des smartphones à double caméra selfie

• Utilisation des réseaux sociaux et développement des médias numériques :50 journalistes à l’ère du digital

• Union Internationale des Telecommunications(UIT) – La Côte d’Ivoire à la tête de la Commission d’Etudes 1

• Digital : Les soirées professionnelles démarrent

• La CCI-CI organise sa 2ème soirée professionnelle du digital

• TIC- l’ivoirienne Raissa Banhoro remporte le prix de l’innovation RFI

• La 2ème édition d’Africa Cyber Security Conference ouverte à Abidjan

• TIC-Sécurité: l’Afrique se trouve en bonne position pour utiliser la cybersécurité (Mme Katherine Brucker)




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *