neurones

Santé / 9 habitudes qui tuent les neurones et affectent la santé cérébrale

| Laissez un commentaire

Pour éviter la détérioration cognitive, il est très important de stimuler notre cerveau au quotidien, que ce soit en lisant ou en pratiquant des jeux mentaux qui nous aident à l’exercer.

 

Les troubles qui affectent la santé cérébrale ont souvent pour origine des facteurs héréditaires, l’âge ou une lésion.

Cependant, il a été démontré qu’il existe des habitudes en particulier qui peuvent en être à l’origine, car elles tuent les neurones et diminuent leur activité.

La santé cognitive diminue au fil des années, ce qui fait qu’à des âges très avancés, on perd la mémoire et on a plus de difficultés à réaliser les tâches habituelles qui étaient auparavant très simples.

Cependant, il y a des personnes qui présentent ce type de problèmes à des âges précoces, du fait de la détérioration dont elles souffrent à cause de la pratique régulière de certaines activités.

Même si dans presque tous les cas, les effets ne se produisent pas immédiatement, nous devrions tous être conscients qu’à long terme, ces activités génèrent des dommages qui sont irréversibles.

Etant donné qu’il est important de conserver une bonne fonction neuronale pour avoir un cerveau en bonne santé, nous allons partager avec vous les 9 habitudes peu saines qui peuvent l’affecter.

1. Les situations stressantes

stress

Une personne qui est soumise à des situations régulières de stress a tendance à avoir plus de difficultés à se concentrer et à utiliser ses capacités cognitives.

En effet, la réponse de l’organisme tue les neurones et dans certains cas, le stress empêche la formation de nouveaux neurones dans l’hippocampe.

 

2. Ne pas bien petit-déjeuner

Le petit-déjeuner joue un rôle fondamental dans le métabolisme et le poids du corps.

Cependant, il est également nécessaire pour activer le cerveau aux premières heures de la matinée.

Le manque de protéines, de vitamines et de nutriments dans le petit-déjeunerprovoque de la dégénération cérébrale, ce qui entraîne la mort de neurones à cause de la surcharge pendant les activités de la journée.

3. Peu dormir

insomnie

L’une des conséquences les plus graves du manque de sommeil a un rapport avec les dommages cognitifs.

Cela provoque la perte des cellules cérébrales et produit des effets nocifs à court, moyen et long terme.

Par exemple, après une courte nuit, il est plus difficile de se concentrer et de réaliser des tâches qui demandent une réflexion.

Plus tard, cela peut générer une détérioration plus importante, et certains troubles dégénératifs comme la démence peuvent apparaître.

4. Ne pas pratiquer d’activité physique

Le sédentarisme est une mauvaise habitude qui entraîne des problèmes au niveau du cerveau.

L’inactivité du corps diminue la sécrétion de plusieurs substances chimiques importantes, et se traduit par la perte des capacités.

D’autre part, il a été démontré que faire du sport peut changer la structure et le fonctionnement du cerveau, ce qui a une influence sur la santé.

5. Les environnements pollués

Les environnements aux forts indices de pollution affectent les personnes qui y sont exposées directement.

Le cerveau est l’organe qui consomme le plus d’oxygène et dans ce type d’environnements, son apport est limité.

6. Fumer

fumer

Les toxiques que contient le tabac ont un impact négatif au niveau pulmonaire et attaquent significativement les fonctions cognitives.

Les consommateurs directs comme les fumeurs passifs ont plus de risque de souffrir de perte de mémoire et d’Alzheimer lorsqu’ils arrivent au troisième âge.

7. Manger excessivement

Le fait d’ingérer des plats en quantités exagérées provoque le ralentissement de la circulation sanguine et limite le transport de l’oxygène vers le cerveau.

Si à cela, on ajoute des aliments riches en graisses saturées, il faut savoir que les niveaux de cholestérol vont augmenter et provoquer de l’inflammation au niveau des principaux tissus du corps.

Le fait de ne pas modérer ses portions altère la fonction nerveuse et la mémoire immédiate.

8. Forcer l’activité cérébrale quand on est malade

De nombreuses affections provoquent une sorte de fragilisation physique, dont une altération des fonctions cérébrales.

Travailler, étudier ou faire une activité cognitive quand on est malade peut être très nocif pour les êtres humains.

Cette habitude diminue l’efficacité du cerveau et les neurones sont altérés.

 

9. Le manque de stimulation

stimulation-lire

Il existe beaucoup d’activités qui stimulent chacune des fonctions cérébrales et les conservent en parfait état, malgré le passage du temps.

Lire un livre, pratiquer des jeux mentaux ou tout autre activité qui implique de réfléchir, est une manière d’exercer cet organe pour qu’il ne développe pas de pathologies graves.

Lorsque l’on recherche une solution à ces pratiques négatives, on obtient un impact positif sur cet aspect de la santé.

De plus, il est bon de savoir qu’une bonne alimentation et un emploi du temps sain agissent en faveur des activités cognitives. Ne l’oubliez pas !

 

Source : amelioretasante.com

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• Comment se préparer pour les fêtes de fin d’année ?

• Pour bien dormir, vaincre le stress et la fatigue

• Remèdes anti-mouches !

• Le zeste de citron une mine de bienfaits

• Les extensions de cils peuvent-ils endommager vos yeux?

• Pourquoi ce besoin d’étaler sa vie sur Internet ?

• SOS cancer de la prostate

• La magie du miel !

• Tout sur l’Iphone X

• Que faire en cas d’arrêt cardiaque ?




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *