fatick

Sénégal / A Fatick, le chômage serait en partie lié au problème de diversification de l’offre de formation

184 vues | Laissez un commentaire

La hausse du taux de chômage dans la région de Fatick est en partie due à un problème de diversification de l’offre de formation dispensée par les centres de formation professionnelle, a indiqué Mbagnick Faye, inspecteur de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, à l’inspection d’académie de Fatick.
‘’La formation n’est pas du tout diversifiée. […]”, a-t-il dit lors de la première rencontre du comité intersectoriel, notant que tous les établissements existants “font tous la même chose’’.

‘’Quand tout le monde fait la même chose, les jeunes qui sortent ne peuvent pas tous trouver du travail. Il faut qu’ils diversifient dès l’instant qu’on a aujourd’hui la possibilité d’implanter n’importe quel métier. Il faut qu’on abandonne ces filières traditionnelles et aller vers ce qui est demandé’’, a-t-il conseillé.

‘’S’il y a un taux de chômage dès la sortie des centres, c’est dû en partie à un problème de diversification de l’offre de formation’’, a insisté Mbagnick Faye.

Il a précisé que la région de Fatick ne dispose que de ‘’neuf structures de formations professionnelles”, indiquant que “le centre de formation de Dionewar n’a pas fonctionné l’année dernière’’. “En tout, nous avons 1.067 apprenants dans les huit structures de formations professionnelles’’, a-t-il souligné, rapporte l’agence de presse sénégalaise.

Il déclare que ‘’le problème à Fatick est qu’on a que des structures de formation professionnelle et pas de lycée d’enseignement technique et professionnel, ce qui fait que le niveau de qualification est très faible’’.

‘’On n’a que le CAP, le diplôme professionnel le plus bas qui correspond aux ouvriers, et cela veut dire qu’ils ne seront pas capables de participer activement au développement socio-économique de la région’’, a expliqué l’inspecteur.

‘’Le lycée professionnel a démarré ses travaux en 2006-2007 et jusque-là on ne peut pas le réceptionner. Il y a le CRETF de Fatick qui n’est toujours pas achevé, le CTF (centre d’enseignement technique féminin) de Foundiougne est maintenant en ruine’’, a-t-il déploré.

Source : senego.com

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• 21e Journée africaine de la prévention des risques professionnels : la CNPS veut se doter de données fiables

• African Dream 2018, les promoteurs et le Ministre Sidi Touré s’accordent…

• Entrepreneuriat et lutte contre le chômage des jeunes : Une structure offre plus de 35 hectares de semences à la jeunesse de Daloa

• Côte d’Ivoire – Calendrier des examens de l’Enseignement général 2017-

• Crise à l’Education nationale : Le Sena suspend sa grève

• Association Béninoise des Alumni des Pays-Bas : Les étudiants formés en Hollande à la conquête des opportunités

• Normalisation des années académiques : élargir les concertations en vue d’obtenir des résultats durables

• École malienne : La Sphère d’une année blanche plane !

• Emploi Jeunes : 10 jeunes en stage pré-emploi à Boccard

• Blé Guirao à propos de la Fesci : Un mouvement syndical est dangereux lorsqu’il n’a pas d’interlocuteur




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *