Jeux de la francophonie à Abidjan

Vuvuzelas, football et poulet braisé : une journée aux Jeux de la francophonie à Abidjan

176 vues | Laissez un commentaire

Seulement six petites minutes et voilà Adama Diatta à bout de souffle. Le Sénégalais parvient à peine à marcher, il dégouline de sueur, mais il a ce qu’il voulait. Acclamé par les maracas, les vuvuzelas et une quarantaine de se compatriotes euphoriques, le lutteur vient d’emporter la médaille d’or en – 61 kilos. « Je suis soulagé, fatigué, mais heureux. J’ai donné l’exemple… », lâche-t-il. Sept fois champion d’Afrique, il a combattu devant un public fait de novices. En Côte d’Ivoire, la lutte libre reste un sport confidentiel. « Ces Jeux de la francophonie sont une vitrine pour nous. Les meilleurs sont les Canadiens, les Roumains, les Sénégalais et les Camerounais mais il est temps que ce sport se démocratise en Afrique », estime Vincent Aka, le responsable du développement de la lutte libre sur le continent.

Ce dimanche 23 juillet, le palais des sports d’Abidjan est plein à craquer. Alors que les lutteurs s’affrontent, les basketteuses françaises viennent de l’emporter à l’arraché sur les Maliennes et les footballeurs burkinabès tentent d’en découdre face à la Guinée. Les policiers déployés en nombre – plus de 10 000 membres de forces de l’ordre sont mobilisés pour ces Jeux – ont décidé de fermer les portes du complexe, tant les gradins étaient plein à craquer.

À l’extérieur, on fait tout de même la queue et on ne désespère pas. « Ca fait 3 heures que j’attends ! Mais je reste là jusqu’à la nuit », lâche Souleymane, venu en famille de Yopougon, à l’autre bout de la ville. Peu connus, les Jeux de la francophonie remportent cette année le pari de l’attractivité – les organisateurs attendent 500 000 spectateurs. Dans les salles et les stades, les Abidjanais, attirés par la gratuité de l’événement, se pressent pour assister aux compétitions. De 7h à 21h, ils ont l’embarras du choix : course à pied, tennis de table, basket ball, peinture, littérature…

Près de 4 000 participants

Dans un pays où le ballon rond fait office de religion, sans surprise, le prix de la popularité est remporté ce dimanche par le football. Autour du stade Champroux, dans le quartier de Koumassi, la file indienne pour entrer dans le stade court sur des centaines de mètres. Et tant pis si la majorité de ces aficionados ont déjà raté la première mi-temps de Mali-Congo-Brazzaville. La passion est à ce prix.

Organisés tous les quatre ans tour à tour dans un pays du Nord et un pays du Sud, les Jeux de la Francophonie accueillent cette année près de 4 000 concurrents représentants 53 pays. Sports et culture font l’objet de joutes pendant dix jours du 21 au 30 juillet, avec parfois des disciplines étonnantes. Bien loin des sports les plus populaires, la jonglerie est notamment au programme. … suite de l’article sur Jeune Afrique

SOURCE : Jeune Afrique

Facebook Comments

AUTRES TITRES

• TIC- l’ivoirienne Raissa Banhoro remporte le prix de l’innovation RFI

• Littérature – En marge du Prix Ivoire 2017, Akwaba culture lance le Prix littéraire Horizon.

• Côte d’Ivoire / La jeunesse pour la création de plus d’opportunités d’emplois (Recommandations)

• A propos du numérique, Sidi Tiémoko Touré : « La démarche du gouvernement est d’encourager le développement de nouveaux métiers »

• Autonomisation des jeunes: une association de jeunesse sollicite le ministre Sidi Tiémoko Touré

• La 2ème édition d’Africa Cyber Security Conference ouverte à Abidjan

• TIC-Sécurité: l’Afrique se trouve en bonne position pour utiliser la cybersécurité (Mme Katherine Brucker)

• Archibat 2017- Voir les choses en grand

• La 7e rencontre internationale des Professionnels du Protocole et de l’Event management du réseau IPPRB s’ouvre à Abidjan

• Côte d’Ivoire: Emploi Jeunes, 200 jeunes à former aux métiers du bâtiment à Bouaké




Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *